Bretagne : la tempête Dirk a coûté 100 millions d'euros aux assureurs

La tempête Dirk devrait coûter 10 millions d'euros à Groupama, le
premier assureur de Bretagne.

Dans la terminologie locale, on n'appelle pas ça une tempête mais un coup de vent. Entre les inondations et les dégâts matériels, les Bretons plient mais ne cassent pas, depuis l'arrivée sur leurs terres, de la tempête Dirk. Mais voilà, de tels dégâts pourraient bien coûter très cher aux assureurs.

 

Ainsi donc, les dommages causés par la tempête Dirk, dans le Finistère, l'Ille-et-Vilaine, le Morbihan et les Côtes d'Armor ont coûté la somme d'environ 100 millions d'euros aux assureurs, chargés d'indemniser leurs clients. C'est du moins l'avis de la Fédération française des sociétés d'assurance, qui confirme l'estimation donnée début janvier par Nicolas Moreau, le PDG d'Axa France. "Les deux tempêtes de 2013 qui sont les tempêtes bretonnes vont coûter à peu près 100 millions à l'industrie" avait-t-il indiqué à l'AFP, en marge de ses voeux à la presse, le 9 janvier dernier.

Bejisa moins destructeur que Dirk

Même le cyclone Bejisa, qui a frappé jeudi dernier l'île de la Réunion semblait alors pour le président d'Axa bien moins destructeur que les tempêtes qui ont sévi en Bretagne fin décembre et début janvier. Bejisa était vue pour Nicolas Moreau comme "moins important que celui qu'on a pu voir il y a deux ans, même s'il est extrêmement spectaculaire.

Les grandes marées arrivent, et le risque de recrue aussi

Reste que les intempéries de janvier effraient un peu plus l'assureur que les deux séries de décembre, sur le sol breton. En effet, en décembre, les vents et les précipitations étaient les mêmes que la vague d'instabilité de janvier, mais en décembre les marées n'étaient pas aussi importantes. Début janvier, la Bretagne rentrait en période de grandes marées, avec des coefficients dépassant facilement les 100, ce qui a eu pour effet de donner plus d'intensité aux cours d'eau responsables des inondations que l'on connaît.

L'état de catastrophe naturelle reconnu en Bretagne et à la Réunion très bientôt

En ce qui concerne le coût propre pour Axa, le PDG de la compagnie d'assurance ne l'a toujours pas mentionné.  Le gouvernement avait, après cette vague d'intempéries, reconnut l'état de catastrophe naturelle en Bretagne et à la Réunion.


A découvrir

Jean-Baptiste Le Roux

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour RCF où il est en charge de l'actualité sur web. Il a travaillé pour Perspective Entrepreneurs, Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et ancien membre de l'Association des Journalistes de Défense.