Temps de transport : les Français bien mieux lotis que les Européens

43 %
43 % des Français se plaignent du manque de transports en commun près
de chez eux

Ils se plaignent beaucoup, et pourtant, les Français sont ceux qui, parmi les Européens, passent le moins de temps dans les transports chaque jour.

Les Français les plus privilégiés en termes de temps de transport quotidien

Les Français sont très nombreux à se plaindre du temps qu’ils perdent chaque jour dans les transports. En voiture comme dans le train, le métro ou le bus, ils sont des millions à estimer que les trajets qu’ils font pour se rendre de leur domicile à leur travail et vice versa est beaucoup trop long. Une récente étude, menée par Ipsos et la société de conseil Boston Consulting Group pourrait bien leur offrir un nouveau regard sur la question.

Cette étude dirigée dans plusieurs pays européens révèle en effet que si les Français passent 7h12 par semaine dans les transports (tous modes confondus), cette moyenne monte à 9h35 pour l’ensemble des pays européens. Les Français sont ainsi ceux qui passent le moins de temps à se déplacer de toute l’Union européenne.

67 % des Français prennent leur voiture pour aller au travail

Ce constat peut sans doute s’expliquer par une autre donnée tirée de cette enquête, qui montre qu’en France, la voiture est encore le moyen de transport privilégié au quotidien. Les Français sont en effet 67 % à prendre leur voiture pour aller au travail, contre 61 % au niveau européen. 86 % l’utilisent pour aller faire leurs courses (73 % pour les Européens) tandis que 69 % s’en servent pour conduire leurs enfants à leurs diverses activités quotidiennes (56 % en Europe).

Comment expliquer cette addiction à la voiture ? L’étude du Boston Consulting Group met en avant une autre plainte des Français qui concerne le maillage des transports en commun sur le territoire. 48 % des sondés estiment en effet que les destinations qui pourraient les intéresser sont mal desservies tandis que 23 % trouvent que les arrêts de transports en commun sont trop loin de chez eux. La trop faible fréquence de passage de ces transports est également mise en avant par 39 % des personnes interrogées.

Des lacunes qui peuvent susciter des inquiétudes chez les Français, particulièrement chez les actifs qui sont nombreux (27 %) à estimer vivre « loin de tout ». Et cet éloignement inquiète, notamment lorsque le sujet du chômage est abordé. 37 % des actifs pensent ainsi que s’ils perdent leur emploi, ils devront déménager pour en trouver un nouveau.  


A découvrir