Les tendances du travail temporaire après le Covid

280 millions €
Les tendances du travail temporaire après le covid impliquent un coût
de formation de 280 millions d?euros organisée pour les acteurs du
secteur.

La crise du coronavirus a changé les habitudes professionnelles dans bien des secteurs. Les besoins des entreprises ont évolué, entraînant également un changement structurel : télétravail, digitalisation et travail temporaire. On a plus que jamais besoin d’agents intérimaires pour couvrir les pics d’activité ou pour faire appel à un profil technique de manière ponctuelle.

Une évolution des emplois intérimaires

Les professions intérimaires répondent à des besoins spécifiques. Les entreprises recrutent des intérimaires pour mieux gérer les pics d’activité saisonnière ou lorsqu’elles ont besoin de compétences spécifiques dont l’équipe ne dispose pas. Dans tous les cas, recruter des agents intérims engendre des coûts additionnels pour l’entreprise : définir le poste, poster l’offre, lancer le processus de recrutement, etc. Heureusement, vous pouvez passer par une agence intérim digital comme Side pour vous aider à trouver le profil idéal à moindre coût.

Les tendances du travail temporaire après le covid ont évolué. Le secteur est en pleine relance face à une demande plus accentuée. La situation demande plus de flexibilité aussi bien du côté des intérimaires que du côté des entreprises utilisatrices. Et les agences d’intérim sont là pour rapprocher les deux parties. Selon la loi du 17 juin 2020 du Code du travail :

• Les entreprises utilisatrices n’ont plus besoin d’un motif justificatif pour recruter en intérim. Une solution plus flexible pour remplacer un salarié absent ou pour couvrir un surcroît ponctuel de leur activité.

• Il est possible de renouveler le contrat intérimaire à plusieurs reprises sans délai de carences entre deux contrats.

• Plusieurs améliorations sont apportées au travail temporaire pour rendre l’embauche plus accessible du côté des agents intérimaires et des entreprises utilisatrices (allongement de la durée des contrats, amélioration du dispositif de l’indemnité de fin de mission, etc.)

Les tendances du travail temporaire après le covid veulent que tous les secteurs puissent se développer en ayant recours à des ressources humaines plus diversifiées, plus disponibles et plus flexibles grâce notamment au digital.

Une nette amélioration au niveau des agences d’intérim

Pour sécuriser le recours au travail temporaire et répondre aux besoins évolutifs du marché face à la crise, les agences d’intérim revoient leur organisation. Elles sont amenées à agir aussi bien auprès des candidats qu’auprès des entreprises.

Du côté des candidats

La communication est maintenant axée sur la crise. Les agences d’intérim sont tenues de rassurer les candidats en fournissant toutes les informations dont ils ont besoin avant d’intégrer une entreprise : les conditions de sécurité et les recommandations sanitaires au sein de chaque structure. Les agences d’intérim sont là pour prévenir les risques en informant, en conseillant et en mobilisant les candidats et les salariés.

Du côté des entreprises utilisatrices

Les agences d’intérim s’engagent à fournir des candidats hautement qualifiés pour répondre aux besoins de l’entreprise. Désormais, elles ne se focalisent plus uniquement sur le recrutement d’agents compétents en se basant sur leur formation et leur expérience. Les agences d’intérim s’investissent de plus en plus dans la formation et le développement de compétences de leurs collaborateurs. Pour pourvoir les postes émergents ou pénuriques du marché du travail, les agences intérimaires misent sur le développement de la GPEC ou Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Selon Prism Emploi, les tendances du travail temporaire après le covid impliquent un coût de formation de 280 millions d’euros organisée pour les acteurs du secteur.

Une relation tripartite

Les agences d’intérim s’engagent dans une relation tripartite en :

• Garantissant à l’entreprise utilisatrice un agent compétent répondant au profil recherché. Elles prennent également le rôle de conseiller pour mettre en place une relation plus humaine et de confiance.

• Assurant la sécurité des agents intérimaires quant aux règles de distanciation, à la rotation d’équipes due aux mesures sanitaires et à la réduction des déplacements non indispensables.

La digitalisation et l’émergence du télétravail

Les tendances du travail temporaire après le covid s’orientent vers la digitalisation. Cette tendance montre que l’organisation en entreprise n’est pas figée. D’ailleurs, pour se conformer à un marché en pleine mutation, une réorganisation structurelle s’impose. Les annonces, les entretiens et les signatures de contrat peuvent s’effectuer désormais en ligne. Pour les agences d’intérim, cette tendance leur permet de tenir face à la concurrence, d’être plus attractives et réactives auprès des candidats et des entreprises utilisatrices.

• La digitalisation apporte de nombreux avantages au secteur du travail temporaire :

• Une relation plus réactive des trois parties : agence d’intérim, agent intérimaire et entreprise utilisatrice.

• Plus de visibilité et coût administratif réduit pour les agences d’intérim.

• Accès facile et rapide aux offres disponibles pour les agents intérimaires.

Les tendances du travail temporaire après le covid mettent également l’accent sur le télétravail. Si les offres d’emploi en télétravail représentaient seulement 3% du marché avant la crise du coronavirus, d’après Indeed, elles ont quasiment doublé.

Au début de la crise, le télétravail était une solution ponctuelle pour respecter les mesures sanitaires. Désormais, il est devenu une solution efficace pour optimiser les coûts et les résultats en entreprise, particulièrement pour les agents intérimaires. Cela évitera aux entreprises d’engendrer des coûts supplémentaires pour organiser le poste en interne.


A découvrir