TER Marseille-Nice : adieu SNCF, bonjour Transdev

10 %
La ligne TER reliant Marseille à Nice représente 10% du trafic
régional.

C’est la première fois en France qu’une région, en l'occurrence la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, choisit son opérateur ferroviaire depuis la mise en place d’une loi le permettant en 2018.

La SNCF perd l’appel d’offre

La région PACA, dirigée par Renaud Muselier (LR), a décidé de retenir l’offre de la compagnie française de transport Transdev pour s’occuper de la ligne TER entre Marseille et Nice (représentant 10% du trafic régional). La région soumettra cette proposition au vote des élus le 29 octobre 2021. La région avait lancé des appels d'offres en 2020 pour ouvrir à la concurrence la ligne reliant Les Arcs-Draguignan à Vintimille (Italie), la ligne entre Nice et Tende, la ligne Cannes-Grasse et enfin la ligne Nice-Toulon-Marseille et seule la dernière échappe à la SNCF. 

Le contrat de concession va durer 10 ans à partir de 2025 et est estimé à 870 millions d’euros. L’offre de Transdev a proposé à la région pour un prix équivalent de doubler le trafic, passant de sept allers-retours par jour à quatorze. Les trois lignes conservées par la SNCF représentent à elles trois environ 23% du trafic régional, le contrat de 10 ans également est estimé à 1,5 milliard d’euros. Les autres candidats pour l’offre entre Nice et Marseille étaient la SNCF et Thello, une filiale de la compagnie publique des chemins de fer italienne Trenitalia.

Ouverture à la concurrence du réseau SNCF

Pour Renaud Muselier, l'ouverture à la concurrence « permettra d’améliorer très significativement l’offre pour les usagers ». « On va avoir des prix "canonissimes" proposés par les opérateurs publics ou privés, français ou étrangers, qui répondront à ces appels d’offres », avait déclaré l’élu LR lors du lancement de l’ouverture à la concurrence. « On va avoir les trains à l’heure, on va avoir des rabais, avec une qualité de service ! » souhaitait-il. « C’est historique dans le monde ferroviaire, c’est la première fois qu’un lot de cette importance serait accordé à un autre opérateur que la SNCF », a confié à l’Agence France-Presse (AFP) Philippe Tabarot, sénateur LR des Alpes-Maritimes et ex-vice-président chargé des transports à la région PACA.

Plusieurs autres régions françaises souhaitent également expérimenter l’ouverture à la concurrence de certaines lignes de TER. Il s’agit de l’Île-de-France, des Pays-de-la-Loire, des Hauts-de-France et du Grand-Est.

 


A découvrir