Covid-19 : Pass sanitaire dans les centres commerciaux et fin des tests gratuits

50 %
Plus de 50% de la population française est totalement vaccinée.

Il n’était pas prévu… mais il aura eu lieu quand même en plein milieu de l’été et en pleine période de vacances pour le gouvernement : un nouveau Conseil de défense sanitaire. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a tenu une conférence de presse le 11 août 2021, à l’issue de cette réunion, pour annoncer les décisions prises. Parmi celles-ci, certaines ne vont guère faire plaisir aux Français.

Pass sanitaire dans les centres commerciaux : le taux d’incidence décidera

La mise en place du Pass sanitaire pour l’accès aux centres commerciaux devait initialement être soumise à une simple demande du Préfet, en fonction des caractéristiques du territoire et, surtout, de l’État de la pandémie. Mais le 11 août 2021, étant donné que la situation empire en France en termes de propagation du virus, le gouvernement a fixé une règle précise.

Désormais, selon les annonces de Gabriel Attal, le Pass sanitaire dans les centres commerciaux sera imposé, par les Préfets, dès lors que le taux d’incidence départemental dépasse les 200 cas pour 100.000 habitants. Une mesure qui ne concerne toutefois que les centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés.

De même, ce taux d’incidence de 200 cas pour 100.000 habitants est le seuil à partir duquel le port du masque sera de nouveau obligatoire à l’intérieur dans les établissements recevant du public. Or, la mise en place du Pass sanitaire était accompagnée de la fin de cette obligation de port du masque, une décision que la plupart des épidémiologistes jugeait absurde.

Les tests PCR seront bien payants

Autre annonce, attendue : celle de la fin du remboursement des tests PCR et antigéniques dits « de confort ». Une date exacte n’a pas été annoncée, mais Gabriel Attal a déclaré que ce sera à la mi-octobre 2021. Un problème, pour les non-vaccinés, car le Pass sanitaire sera encore en vigueur en France. Les tests restent remboursés dès lors qu’ils sont prescrits par un médecin. Le gouvernement va sans aucun doute préciser certains détails, notamment la question des tests pour les cas contact, qui devraient également rester remboursés car nécessaires d’un point de vue médical.

Une troisième dose annoncée… malgré l’appel de l’OMS

Du côté des vaccins, Gabriel Attal a confirmé que les personnes les plus fragiles et vaccinées auront droit à une troisième dose de vaccin. « Les rendez-vous ouvriront dès la fin du mois d’août, début du mois de septembre, pour une campagne de rappel qui débutera à la mi-septembre. » La Haute Autorité de Santé fixera avec précision les publics ciblés, notamment l’âge ou encore les problèmes de santé, qui demandent de renouveler la protection contre le virus.

Le gouvernement fait ainsi fi de l’appel de l’Organisation Mondiale de la Santé face à l’inégalité des pays du monde devant la distribution de doses de vaccin. L’OMS avait en effet demandé à ce que les pays riches, qui ont acheté les premiers les vaccins et en grande quantité, reportent les campagnes de rappel pour permettre aux pays pauvres de recevoir et distribuer plus de doses, alors que la vaccination y est à la traîne et que le virus les frappe de plein fouet.


A découvrir