Tourisme : les campings confirment leur bonne santé

124 millions
En 2017, les campings français ont comptabilisé 124 millions de
nuitées.

Selon une étude de Xerfi sur le camping en France, 2017 a encore été une année réussie pour les gérants de campings. Le chiffre d’affaires a progressé de 5 % sur un an.

Campings français : 124 millions de nuitées en 2017

Le bilan officiel de 2017 n’a pas encore été communiqué, mais selon les quelques chiffres sur le camping dévoilés par Xerfi, les campings français ont enregistré plus de 124 millions de nuitées, soit une augmentation de 5,6 % par rapport à 2016. Quant aux dernières données officielles disponibles (communiquées par la Fédération Nationale de l'Hôtellerie de Plein Air, le syndicat professionnel du secteur, sur l’année 2016), le chiffre d’affaires de ces hébergements s’élève à 2,5 milliards d’euros.

En France, le camping reste l’apanage des Français : à eux seuls, les touristes hexagonaux ont concentré 68 % des nuitées recensées en 2016. La durée moyenne des séjours en camping s’établit à 5,2 nuitées, ce qui constitue d’ailleurs un record alors que la moyenne du secteur touristique français reste très faible (2,6 nuitées en moyenne sur l’ensemble de l’hébergement touristique français). La longueur des séjours est également plus importante pour les touristes français que pour les touristes étrangers.

Les campings à thème, la nouvelle tendance

Toujours selon la Fédération Nationale de l'Hôtellerie de Plein Air (FNHPA), les campings tirent aujourd’hui leur croissance de la spécialisation. En effet, en 2018 un camping A offre rarement les mêmes services qu’un camping B. Certains ciblent des catégories de clients comme les senior savec leurs petits-enfants, d’autres articulent leur offre autour de thématiques chères aux jeunes. Les campings à thème sont d’ailleurs le principal relai de croissance du secteur.

Afin de préserver la capacité d’accueil existante des campings, la FNHPA appelle les pouvoirs publics à simplifier les procédures administratives et en limitant « les injonctions parfois contradictoires des différents codes qui régissent l’aménagement des établissements », notamment en zone littorale. L’organisation professionnelle prône également une facilitation des investissements et la modernisation des établissements, gage de leur pérennité.


A découvrir