Tourisme : le groupe Pierre et Vacances annonce un plan de redressement

50 millions €
Le groupe Pierre et Vacances devra réaliser 50 millions d'euros
d'économies.

Le groupe Pierre et Vacances a dévoilé le 29 janvier son nouveau plan stratégique pour rompre avec les déficits et s’assurer de redevenir rentable à l’avenir.  

Yann Caillère, directeur général du groupe Pierre & Vacances Center Parcs, a détaillé les premiers contours du plan stratégique sur 3 ans, « Change Up ». Ce plan, dévoilé le mercredi 29 janvier, vise à redresser un groupe en déficit depuis 2011 à travers trois axes : l’optimisation de l’existant, le développement d’activités porteuses et un plan d’économie de 50 millions d’euros.

Les mesures annoncées par Yann Caillère pourront s’appuyer sur le chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros enregistré lors de l'exercice 2018-2019, soit une augmentation de 13,8 % par rapport à l’exercice précédent. Avec pour but de sortir d’une situation de déficit, qui a atteint 33 millions d’euros durant ce même exercice.

Optimiser l’existant et monter en gamme

Le plan consiste tout d’abord à optimiser l’existant via la mise en place d’un critère de rentabilité de 5 % pour l’ensemble des sites. Ceux qui ne respectent pas ce ratio seront transférés à maeva.com, marque de distribution du groupe caractérisée par un modèle asset light, qui privilégie la gestion à la propriété, plus agile et moins risqué pour les marchés financiers.

L’objectif visé est également celui d’une montée en gamme avec la volonté d’atteindre 35 % d’offre Premium pour Pierre & Vacances. Le développement sera axé sur deux segments porteurs à savoir Centers Parcs Europe du Nord et Pierre & Vacances Montagne, dont les rentabilités sont les plus élevées. Par ailleurs, le groupe souhaite développer sa marque maeva.com, positionnée dans le secteur du camping, mais aussi son parc hôtelier en Espagne. Cette stratégique s’appuie sur un plan d’économie de 50 millions d’euros permettant un assainissement des finances du groupe. Dans le détail, 30 millions d’euros d’économies proviendront de la partie opérationnelle, et 20 millions d’euros de la partie achat. Ce plan d’économie sera couplé à un plan de sauvegarde de l’emploi qui prévoit 220 licenciements principalement au siège sur les 12 850 salariés que compte le groupe.

Une réorganisation en 7 business lines 

Afin de simplifier le fonctionnement interne, Yann Caillère propose une restructuration qui vise à organiser le groupe autour d’une holding et de 7 business lines autonomes. En ce sens, le groupe mise sur le développement de l’esprit entrepreneurial pour s’engager sur une trajectoire créatrice de valeur.

Coté prévisions, le plan de redressement permet au groupe d’envisager une marge opérationnelle courante de 5 % en 2022 et de 9 % en 2024 pour les activités touristiques, une croissance annuelle moyenne du chiffre d’affaires hébergement de 6 % et un accroissement du résultat opérationnel courant de 30,9 millions à 150 millions d’ici 2024.


A découvrir