« Work about work » : les Français perdent trop de temps au travail

66 %
Les travailleurs français passent 66% de leur temps à faire du « work
about work ».

Selon une nouvelle étude réalisée auprès de plus de 13.000 salariés, les Français sont les travailleurs qui perdent le plus de temps au travail à cause du « work about work ». En gros, ils brassent de l’air en faisant trop de visioconférences, de réunions, et autres activités chronophages et superflues.

Perte du temps au travail avec le « work about work »

Réunions superflues, visioconférences trop nombreuses, mails à traiter, recherche d’informations… Le « work about work » littéralement « travail sur le travail » comme l’appelle l’Asana, une plate-forme pour la gestion du travail d'équipe, peut faire perdre beaucoup de temps aux salariés. Selon une enquête réalisée auprès de 13,123 professionnels issus du monde entier (Australie/Nouvelle-Zélande, France, Allemagne, Japon, Singapour, Royaume-Uni et États-Unis), ce sont les Français les champions en la matière.

Les Français passeraient près des deux tiers (66%) de leur temps de travail à effectuer des tâches non qualifiées, le fameux « work about work ». Cependant, ils estiment « qu'ils pourraient gagner presque une journée de travail chaque semaine (5 heures 51 minutes) si les processus étaient améliorés ». Étonnamment, le fait qu’ils se soient plus mis au télétravail à cause du Covid-19 ne leur a pas fait gagner plus de temps, au contraire.

Plus de travail, moins de productivité

L’étude révèle que le télétravail a poussé les employés à travailler plus. Au niveau mondial, 87% des sondés travaillent environ 2 heures de plus chaque jour, soit 455 heures par an. C’est quasiment deux fois plus qu’en 2019, année où l’on atteignait 242 heures de travail en plus par an.  

Par ailleurs, le temps de travail n’a pas réduit car « les discussions informelles ont été remplacées par des réunions inutiles, avec pour résultat une perte de 157 heures de productivité par personne et par an ». Et pour cause, « les équipes passent 30% de temps de plus que l’an passé sur des tâches ayant déjà été accomplies par d’autres ». « Tandis que nos journées de travail ne cessent de s’allonger, 3 employés sur 4 éprouvent des difficultés à déconnecter. En 2020, 7 travailleurs sur 10 ont connu au moins un épisode de burnout » conclut l’Asana.


A découvrir