Uber n'a jamais été rentable et a perdu 1,2 milliard en six mois en 2016

69 MILLIARDS $
La valorisation d'Uber a atteint la somme record de 69 milliards de
dollars.

Heureusement pour Travis Kalanick, PDG et fondateur d'Uber, qu'il peut compter sur l'argent des investisseurs pour survivre car si ça ne tenait qu'à son entreprise, elle aurait déjà fait faillite. Depuis sa création, la start-up à la valorisation record n'a jamais engrangé de bénéfices et cumule les pertes record malgré un chiffre d'affaires en hausse.

1,2 milliard de dollars de pertes en six mois en 2016

La publication des résultats semestriels du groupe Uber, qui vaut 69 milliards de dollars (première entreprise non-cotée en Bourse du monde), sont encore une fois mauvais : le groupe a perdu 520 millions de dollars au premier trimestre et 750 millions au second. En six mois, en 2016, le groupe aura donc engrangé un déficit de 1,2 milliard de dollars.

C'est le résultat de l'échec de son implantation en Chine où son concurrent local, Didi Chuxing, a la mainmise sur le marché. De fait, début août 2016, Didi Chuxing a trouvé un accord avec le géant américain pour fusionner les deux entreprises sous sa bannière. Uber détient désormais 5,89 % de Didi Chuxing (mais 17,7 % des intérêts économiques de l'ensemble ainsi formé).

Le chiffre d'affaires d'Uber est en hausse mais...

Si Uber est encore une fois déficitaire, ce n'est pas car son activité est en baisse. Au contraire : le chiffre d'affaires passe à 1,1 milliard de dollars en hausse de 18 % et les revenus des courses atteignent 5 milliards de dollars sur les 6 premiers mois de 2016. Mais même aux Etats-Unis, où le groupe détient 85 % du marché loin devant son concurrent Lyft, les pertes sont au rendez-vous au deuxième trimestre 2016 (contre des comptes dans le vert au premier trimestre).

Au total, en 7 ans d'existence, Uber a enchaîné les levées de fonds mais aura perdu la coquette somme de 4 milliards de dollars. Et les soucis du géant américain des VTC ne sont pas terminés.

Uber s'attire les foudres des taxis et des autorités du monde entier : condamnation à 800 000 euros d'amende en France pour son application UberPop, interdictions en cascade, accord avec ses anciens chauffeurs refusé par un juge, condamnation à 2 ans de prison pour Travis Kalanick en Corée du Sud...

Cumulées, ces mauvaises nouvelles sont peut-être la raison principale qui pousse Uber à ne pas avoir encore tenté l'exercice de l'Introduction en Bourse dont, pourtant, il est question à court terme.


A découvrir