Energies renouvelables : un emploi du secteur vous coûte 185 000 euros par an

300 %
La CSPE va augmenter de 300 % dans les trois ans à venir.

Un emploi de l’énergie renouvelable vous coûte 185 000 euros par an, pour travailler un jour sur cinq.

Vous allumez l’interrupteur de votre séjour, votre télévision, vous utilisez votre four ou votre frigo, vous rechargez votre téléphone portable. Bravo ! vous êtes en train de faire la fortune de financiers qui n’ont strictement aucun engagement à vous fournir de l’électricité, mais qui sont assurés de toucher une confortable rémunération dès que vous consommez le moindre watt d’électricité. Cette combine fiscale dure depuis dix ans mais ils ont tellement tiré sur la corde depuis dix ans qu’elle devient trop voyante.

Vous ne me croyez pas ? Allez sur leurs sites internet ou sur celui de leurs syndicats comme le SER ou FEE, et vous contemplerez d’opulentes sociétés, des officines financières, des cabinets d’avocats implantés dans les très beaux quartiers de Paris, des séminaires grandioses dans les meilleurs équipements, de riches fonds de pension. C’est avec votre budget personnel que tout cela est financé à 100%, oui ! à 100%... !  sans aucun risque et vit dans un cadre doré. Il semblerait qu’ils ont encore besoin d’aide mais ils ne ressemblent pas vraiment à une Start up dans un garage. Nous entretenons des fonctionnaires privés de grand luxe qui décident de l’impôt qu’ils touchent pour en vivre grassement à nos dépens.

Il leur suffit de faire tourner leurs machines n’importe quand, et en plus elles ne tournent que l’équivalent d’un jour sur cinq. En plus elles sont souvent absentes au moment nécessaire, au cœur de l’hiver par exemple. Et pourtant vous êtes obligé d’acheter cette électricité trois à cinq fois plus cher que les centrales qui vous permettent, elles, de ne pas allumer votre télévision un jour sur cinq, ou de desservir un hôpital 24h/24.

Une enquête uniquement déclarative annonce 10 000 emplois. Mais on y compte des CDD, des interventions de chantiers qui durent seulement quelques semaines, et des projections irréalistes. Aucune statistique officielle d’organismes tels que l’Insee ou Pôle emploi ne confirme la moindre miette de ces affirmations. Croyons les quand même et rapportons ces emplois au chiffre d’affaires annuel des énergies renouvelables.

Non seulement  un emploi de l’énergie renouvelable vous coûte 185 000 € par an, mais vous le subventionnez sur votre budget personnel en plus de vos impôts et taxes locales.  Il est discrètement prélevé sur votre facture d’électricité via la CSPE, le petite ligne que personne ne voit en bas de la facture. La CSPE vient d’augmenter de 150 % en 4 ans et qui va grimper à 300% dans les 3 ans à venir. Il faut vraiment arrêter le massacre alors que tous les ministres en place avaient juré qu’elle ne dépasserait jamais 7 %... et qu’elle est désormais à 30% de la facture pour peut être atteindre 50%, ce qui doublerait votre note d’électricité sans parler du reste.

Par le biais de la CSPE, cette taxe que vous n’avez pas remarquée parce qu’elle est en bas de votre facture d’électricité, ils sont assurés de vendre l’électricité éolienne ou solaire trois à cinq fois plus cher que les cours du marché de l’énergie. Tout cela parce que depuis dix ans, ils arrivent à faire croire que ces énergies ont besoin d’aide. Le problème, c’est qu’ils prétendent en même temps créer des emplois et qu’on les cherche toujours..


A découvrir

Ludovic Grangeon

Ludovic Grangeon est expert conseil en assistance aux entreprises et services publics, partenaire de plusieurs réseaux d’expertise en management et innovation sociale de l'entreprise. Fondateur de l'axe «Entrepreneuriat de l'économie sociale» à l'ESDES Lyon, également membre du comité stratégique national Afnor management et services, il participe régulièrement aux Journées de l’Economie.

Il a successivement exercé dans l'aménagement du territoire, les collectivités locales, en France et auprès de gouvernements de pays émergents, Maghreb, Amérique Latine, Asie, puis à la Caisse des Dépôts et Consignations, direction générale Paris (affaires internationales et recherche) et en région, gérant de portefeuille industriel dans un groupe international de capital risque, ensuite Président et Directeur Général de sociétés Veolia/Dalkia énergie région Sud Est, expert inspecteur auditeur Afnor/Communauté Europénne, puis secrétaire Général du GIE Agirc Arrco.