Agriculture : le groupe Bel passe un accord avec les producteurs de lait

2,1
Un complément de rémunération de 2,1 centimes le litre de lait sera
versé aux éleveurs qui nourrissent bien leurs vaches.

Certains producteurs de lait seront désormais mieux rémunérés. Du moins ceux qui fournissent leur produit au groupe Bel, connu pour sa Vache qui rit et son Babybel. 

Une hausse de 7 % en un an

Cela fait des mois, sinon des années, que les producteurs de lait réclament d’être mieux rémunérés. Certains d’entre eux viennent d’obtenir gain de cause. Un accord vient en effet d’être passé entre le groupe Bel et ses fournisseurs de lait. 

Le groupe s’est engagé à payer le lait 35 centimes le litre tout au long de l’année 2018, soit une hausse de 7 % par rapport à cette année. 

Un complément de 2,1 centimes sera en outre versé aux éleveurs qui s'engagent à donner une alimentation locale et naturelle aux vaches.

C’est la première fois qu’un tel accord est signé. De quoi donner des idées aux autres groupes laitiers, notamment à Lactalis, le numéro un mondial du secteur, plus connu pour ses marques comme Lactel, Bridel ou Président, et régulièrement accusé d’être le plus mauvais payeur de lait en France ? 

Un gain de visibilité

Actuellement, comme l’expliquent Les Echos, le prix du lait varie chaque mois selon les entreprises et en fonction du marché, entraînant des fluctuations de prix importantes et à a clef, des périodes de stress intenses pour les producteurs. Désormais, ces derniers auront plus de visibilité sur le moyen terme. Ils pourront donc investir davantage, et gagner en sérénité. 

En Frane, on dénombre 75 700 producteurs de lait, qui représentant 200 000 emplois directs dans la production de lait et dégagent un chiffre d'affaires d'environ 26 milliards d'euros par an. 


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.