Attention. Les Etats-Unis accusent la Chine d'avoir laissé le virus sortir du laboratoire de Wuhan...

97,4 %
Au 24 février 97,4% des malades de coronavirus comptabilisés sont en
Chine.

Ce n’est pas une petite information.

C’est une immense information.

A vrai dire il n’y a pas vraiment de surprise dans les déclarations américaines, et cela fait des mois que le plus probable pour l’émergence de ce virus est une fuite de laboratoire en Chine dans la ville de Wuhan.

En effet, l’histoire de la chauve-souris qui a mordu un serpent avant de terminer croisée avec un pangolin terminant en nem sur le marché aux animaux de Wuhan est capilotractée à un point tel, que ce n’est pas très crédible, surtout qu’à cette époque de l’année les chauve-souris hibernent et loin de Wuhan…

Bref, les Américains, qui ne vont pas laisser passer cette occasion pour laminer la Chine, viennent de confirmer la théorie de la manière la plus officielle qui soit et c’est un tournant pour les mois à venir.

Voici ce qu’en dit le site RTL source ici.

« L’administration Trump accuse de plus en plus clairement la Chine. Dimanche 3 mai, dans une interview sur la chaîne ABC, le secrétaire d’état Mike Pompeo a enlevé ses gants, et a pointé du doigt Pékin. Avec un ton très peu diplomatique, inédit. « La Chine est connue pour infecter le monde », dit Mike Pompeo qui affirme que le virus est bien parti d’un laboratoire de Wuhan.

« Il existe des preuves immenses que c’est de là que c’est parti », dit le secrétaire d’état américain. « Ce n’est pas la première fois » que la Chine met ainsi « le monde en danger » à cause de « laboratoires ne respectant pas les normes ». Il ajoute même « les meilleurs experts pensent que ca a été crée par l’homme, je n’ai aucune raison de ne pas le croire ».

D’ailleurs j’évoquais déjà cette hypothèse dans l’article ci-dessous par exemple mais ce n’est pas le seul.

Coronavirus. Chronique d’une pandémie. 16 février 2020.

Il est vrai qu’en Chine, il y a déjà des condamnations de salariés de laboratoires qui ne trouvaient rien de mieux que de revendre sur les marchés aux animaux les carcasses sur lesquelles ils se livraient à des expériences virologiques par très ragoutantes.

Par deux fois déjà, ils ont laissé échappé le SARS-COV 1… Heureusement à chaque fois l’épidémie a pu être enrayée et contenue.

Ici, cela n’a pas été le cas, et le cas de trop.

La Chine au banc des nations pour les 2 siècles à venir…

Les coûts économiques sont colossaux, et c’est loin d’être terminé.

Dans la vidéo du dimanche 3 mai, je vous invitais à vous préparer à des pénuries variables.

La Chine reste l’usine du monde.

Elle nous alimente.

Mais les Etats-Unis, et l’Europe vont la sanctionner aussi durement que l’Allemagne de la Première guerre mondiale a été sanctionnée lors du traité de Versailles, qui a semé d’ailleurs les germes de la Seconde guerre mondiale.

La Chine parce qu’elle représente un danger vital pour le leadership américain, la Chine parce qu’elle vient de commettre une erreur terrible, devra assumer des conséquences considérables.

La Chine tentera de riposter, de faire du chantage à l’approvisionnement, et il y aura des manques, mais cela ne changera rien à la détermination américaine, car il est des occasions qu’il ne faut jamais laisser passer, et ce virus sorti du laboratoire sans doute du P4 de Wuhan est une excuse rêvée pour hâter considérablement la démondialisation, pour isoler la Chine et la faire dérailler.

Comprendre la stratégie de domination de Trump

Comprendre la stratégie de domination de Trump

Le cynisme anglo-saxon n’a aucune limite, et dans le match Etats-Unis j’ai toujours parié sur l’Amérique de Trump et j’en parlais déjà dans la lettre STRATÉGIES de juin 2018 que j’invite les abonnés à relire à la lumière des événements actuels.

Nous avons ici un « game changer » c’est-à-dire un événement de nature à changer le cours de l’histoire du monde.

Cette « erreur » chinoise a déjà provoqué des centaines de milliers de morts dans le monde.

Les coûts économiques sont faramineux.

Les coûts sociaux seront colossaux.

Les réparations qui seront demandées à la Chine seront à la hauteur des conséquences de l’erreur commise.

Plus grave. La Chine sera publiquement humiliée ce qui sera terrible pour les Chinois dont la psychologie s’accommode très mal de telles situations.

La mondialisation va considérablement changer, et je vous invite à suivre avec la plus grande attention l’évolution de la situation. Une rupture majeure et brutale avec la Chine n’est pas du tout prise en compte par les marchés boursiers par exemple et cette crise va accélérer la mutation de notre modèle économique.

C’est peut-être une chance par bien des côtés, et aussi un grand danger si nous allons trop loin dans l’humiliation de la Chine, et ceux qui connaissent l’histoire et l’exemple du traité de Versailles est édifiant à ce titre, ruiner un adversaire jusqu’à l’acculer à la plus grande des misères n’est pas une bonne idée. Un grand stratège chinois, Sun Tzu, 700 ans avant JC, disait déjà, qu’il fallait toujours laisser à l’ennemi une issue pour fuir, sinon, il se battait comme un tigre enragé.

Et un tigre enragé, c’est toujours dangereux.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous!


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.