Inégalités : 8 cadres sur 10 partiront en vacances en 2016, 1 ouvrier sur 2

44 %
44 % des jeunes entre 18 et 24 ans n'ont pas prévu de partir en
vacances en 2016.

"Ça va mieux" dit le gouvernement... mais pas pour tout le monde. S'il en fallait une preuve, la voici présentée dans le sondage de l'institut CSA pour Direct Matin et publié mardi 21 juin 2016. A la question de savoir si les Français comptaient partir en vacances durant cet été 2016, les réponses laissent entrevoir que partir est devenu un véritable luxe réservé aux plus riches.

Plus d'un tiers des Français ne pense pas partir en vacances en 2016

Si l'Insee annonce une amélioration de la situation économique française pour 2016, il faudra attendre encore un peu de temps avant qu'elle bénéficie à tous. Ainsi, faute de budget suffisant, les Français renoncent à leurs vacances. Selon le sondage CSA pour direct Matin, ils sont 37 % (soit plus d'un sur trois), à déclarer qu'ils ne partiront pas.

Bien évidemment, la classe socio-économique influence beaucoup ce choix et celles et ceux qui renoncent le plus aux vacances sont les ouvriers et les chômeurs. 45 % d'entre eux, soit près de la moitié, ne va pas partir entre le 1er juillet et le 31 août.

Inversement, les professions de type "cadre" (CSP+) sont 78 % à déclarer qu'ils ont planifié un voyage pour l'été 2016.

Les vacances : un luxe réservé aux riches et aux quarantenaires

Il est clair que la question de partir, ou non, en vacances est liée aux revenus du ménage. 54 % des personnes interrogées aux revenus inférieurs à 1 000 euros par mois et 50 % de celles au revenus compris entre 1 000 et 2 000 euros par mois n'ont rien prévu pour la période estivale de 2016. Mais chez les personnes qui touchent plus de 4 500 euros par mois, seulement 19 % ne comptent pas partir.

Une inégalité qui transparaît également dans les tranches d'âge : ce sont les 35-49 ans qui renoncent le moins aux vacances (seulement 29 % ne partiront pas). Les 18-24 ans y renoncent le plus (44 % n'ont pas prévu de partir), suivis des 65 ans et plus (43 %) des 50-64 ans (41 %) et des 25-34 ans (35 % déclarent n'avoir rien prévu).


A découvrir