Vaccin AstraZeneca : le rapport bénéfice-risque reste malgré tout très favorable

9,56 millions
Au 6 avril 2021, 9,56 millions de personnes en France ont reçu au
moins une dose d'un vaccin contre le Covid-19.

Les effets indésirables liés à l’administration du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 restent très rares, et il n’est pas justifié de limiter son usage, a fait savoir l’Agence européenne des médicaments.

Pour l’Agence européenne des médicaments, il n’y a pas de raisons de restreindre l’usage du vaccin AstraZeneca

Le comité ad hoc chargé d’étudier le lien entre l’injection du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19 et la formation de caillots sanguins vient de terminer ses travaux. Conclusion : ces effets secondaires restent très rares, au point que, au stade actuel des connaissances, il n’est pas nécessaire de restreindre l’usage de ce vaccin ou d’émettre de nouvelles consignes. « Le comité d’experts sur la sécurité des médicaments de l’Agence européenne des médicaments a confirmé que les bénéfices du vaccin AstraZeneca pour la prévention du Covid-19 l’emportent sur les risques et les effets secondaires », a déclaré Emer Cooke, le directeur exécutif de l’Agence européenne des médicaments lors d’un point presse diffusé en direct sur YouTube.

« Aucun facteur de risque spécifique n’a pu être identifié sur la base des données disponibles. Le comité ne recommande donc pas de mesures particulières pour réduire le risque », a pour sa part déclaré Sabine Straus, la responsable du comité sur la sécurité des médicaments de l’Agence européenne des médicaments.

Vaccin AstraZeneca : la surveillance des effets indésirables reste de mise

Si l’Agence européenne des médicaments s’est intéressée à la sécurité du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, dont l’injection se passe déjà dans de nombreux pays du monde, c’est parce que 62 cas de thrombose localisées dans le cerveau et l’abdomen et 24 cas de thrombose veineuses ont été rapportés dans l’Union européenne via le dispositif EudraVigilance. Dans 18 de ces 86 cas, le patient était décédé. La majeure partie de ces cas ont concerné des femmes âgées de moins de 60 ans, et la thrombose s’est développée dans les deux semaines suivant l’injection du vaccin.

L’Agence européenne des médicaments invite néanmoins toute personne venant d’être vaccinée de surveiller d’éventuels effets indésirables au cours des deux semaines suivant l’injection : douleur au niveau de la poitrine, inflammation localisée dans une jambe, douleurs abdominales persistantes, maux de tête, vision brouillée ainsi que de petits points rouges sous la peau autour de l’endroit de l’injection. En cas d’apparition de ces effets indésirables, il convient d’appeler son médecin traitant.


A découvrir