20 euros le vélo en carton. Qui dit mieux ?

Le vélo en carton de l'israélien Izhar Gafni pourrait ne coûter que 20
euros.

Non, ce n'est pas une expression pour désigner une mauvaise bicyclette, mais bien pour parler d'un vrai vélo en carton. Et celui-ci pourrait ne pas dépasser les 20 euros dans le commerce. Izhar Gafni, ingénieur israélien à l'origine de cette trouvaille, n'utilise que des cartons ondulés et quelques matériaux recyclés pour fabriquer son deux roues. Totalement écologique, il ne coûte cher à personne. Son fabricant s'en tire pour 5 euros de matière première seulement par vélo et l'acheteur, pour pas grand chose n'ont plus...

Le must est sans doute sa résistance. On parle d'une durée de vie de deux ans. Donc pas de panique pour les jours de pluie. L'ingénieur israélien qui à mis au point ce vélo a mis 3 ans, dont une plongée du vélo pendant 6 mois dans l'eau pour tester sa rigidité, pour sortir le prototype. Bon, pour 20 euros, ne vous attendez pas au suspensions dernière génération. Vous aurez plutôt droit à des roues de charrettes, en bois... Mais rassurez-vous, le vélo ne pèse que 9 kilos, contre plus de dix kilos pour les vélos de ville traditionnels, ce sera plus simple quand même pour le porter dans les montées.

3 ans de recherche, Izhar Gafni a protégé son vélo par un brevet. Il garde même pas mal de secret autour de son vélo en carton qui devrait être commercialisé à petite échelle en Israël prochainement, souligne le Figaro. Le Velib' n'a qu'à bien se tenir, Izhar Gafni entend développer son projet. Il voudrait permettre au pays du Sud de bénéficier de ce vélo à bas prix et qu'ils le fabriquent eux-mêmes. L'israélien va même plus loin, il voudrait que les petites usines locales emploient en priorité des handicapés et des personnes âgées sans ressources.


A découvrir

Tugdual de Dieuleveult

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.