Vers un retour de la taxe carbone ?

19 %
En 2019, 7,2 milliards d'euros sur les 37,7 milliards, soit seulement
19% étaient destinés à la transition énergétique.

La taxe carbone, annulée pour tenter de calmer la colère des Gilets jaunes, pourrait être rétablie. François de Rugy a expliqué sur Europe 1 que le sujet était sur la table.

Au sein du gouvernement, on envisagerait déjà un retour de la taxe carbone, seulement deux mois après son annulation. En effet, pour rappel, le 4 décembre 2018, le Premier ministre Édouard Philippe faisait cette déclaration pour tenter de calmer la colère des Gilets jaunes.

La taxe carbone de nouveau en discussion au gouvernement

Le ministre de la Transition écologique a ainsi expliqué mardi 12 février, sur Europe 1 : « C'est sur la table, c'est le moment ou jamais d'en débattre ». En effet, l'exécutif pourrait profiter du grand débat national, qui se prolongera jusqu'au 15 mars, pour remettre le sujet au coeur des discussions. Et François de Rugy de poursuivre : « Ce qu'on peut dire en revanche, c'est ce qu'on ferait de cet argent récolté. 3 centimes de taxe carbone sur les carburants, c'est 2 milliards d'euros. Les Français nous ont dit : "on ne peut plus continuer en ayant l'impression que ça va dans le budget général de l'Etat." Il faut que ce soit à 100% pour la transition écologique. »

D'autant que plusieurs voix dans la majorité semblent aller dans le même sens. La secrétaire d'État, Brune Poirson, vantait dimanche 10 février un « outil qui est efficace » et « qui a un vrai impact ». Et ce n'est pas la seule. La deuxième secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, pour sa part, avançait au Figaro : « Est-ce qu'il faut faire une taxe carbone : oui ou non? C'est quelque chose dont il faut que l'on débatte sérieusement. » Et de plaider pour une taxe carbone « acceptée par tous. »

Une nouvelle formule ?

Enfin, lundi 11 février, Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, s'est lui aussi prononcé en faveur du retour de la taxe carbone à l'issue du Grand débat national. Seule condition à cela, « (...) que ça ne se fasse pas au détriment des classes populaires ». Pour le député de Paris, interviewé sur France 2, « ça serait une catastrophe » d'arrêter la transition écologique.

Reste à savoir à quoi ressemblerait cette nouvelle taxe carbone. L'exécutif pourrait proposer une  nouvelle formule.Stanislas Guérini souhaite diriger l'argent de la taxe carbone vers l'accompagnement « de ceux qui aujourd'hui ont des difficultés à changer de véhicule, (...) de chaudière ». Pour rappel, une part minime des recettes liées à la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) était destinée au financement de la transition énergétique : en 2019, 7,2 milliards d'euros sur les 37,7 milliards, soit seulement 19%


A découvrir