Vers une économie circulaire dans le secteur de l'acier

Depuis la première révolution industrielle, l'industrie s'est largement ralliée à une approche linéaire : nous prenons les ressources de la nature, les transformons en produits, puis éliminons ce que nous avons créé comme déchets. Ce modèle économique atteint ses limites à bien des égards, notamment en raison de la rareté des ressources et des problèmes environnementaux qu'il a causés.

Alors que nous entrons dans l'ère de la Quatrième Révolution Industrielle, le secteur de l’acier et des produits métallurgiques entame sa mue en se convertissant petit à petit aux exigences de l’économie circulaire. Pour faire face aux contraintes environnementales et sociétales nouvelles ainsi qu’au mouvement de réorientation de la production qu’entraîne la numérisation, l’industrie sidérurgique s’empresse de prendre le virage systémique qui peut lui permettre d’éliminer entièrement le gaspillage, de réduire considérablement son empreinte carbone et de repenser la manière de produire et de choisir des produits métallurgiques toujours plus en phases avec les exigences de notre époque.

Qu’est-ce que l’économie circulaire ?

Une économie circulaire est basée sur le fait de " boucler la boucle ", ou de rendre le concept de déchet obsolète. Elle peut être rendue possible par l'application des 6R (réduire, réparer, remettre à neuf, réutiliser, reconstruire et recycler) aux produits et matériaux dans les chaînes de valeur. Dans le cadre de l'approche des 6R, les matériaux sont continuellement recyclés tout au long de la chaîne de valeur, ce qui entraîne une réduction de la consommation d'énergie et de ressources.

Essentiellement, l'économie circulaire cherche à remplacer l'approche linéaire actuelle et à éliminer toute perte ou gaspillage sur le marché.

L’acier : un matériau au potentiel circulaire

L'acier présente de nombreux avantages circulaires, tels qu'un recyclage infini sans perte de propriétés essentielles, des matériaux permanents et une séparation et une récupération faciles.

Sa faculté à être recyclé constitue le principal avantage de l'acier par rapport à de nombreux autres matériaux. Avec un taux de recyclage compris entre 70 à 90 %, l’acier bénéficie de l'avantage d'une recyclabilité théoriquement infinie sans perte des propriétés clés.

Opportunités et défis de l’économie circulaire de l’acier

Dans son rapport de synthèse sur l’accélération de la transition vers une économie circulaire, l’institut de recherche Sud Coréen POSRI analyse les principaux défis auxquels le secteur de l’acier doit répondre.

Réduire l’impact environnemental de la production d’acier

La production d’acier a un impact environnemental relativement élevé comparé autres matériaux clés de l’industrie mondiale. Alors que le secteur représente 9% du volume total de production, il est responsable de 23% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et de 2% de la consommation d'eau.

L’adoption de l’économie circulaire permet d’adresser efficacement la réduction des émissions de CO2. Le groupe Nucor a ainsi développé des mini-aciéries qui peuvent être implantées à proximité des sites de production de ferraille ou des usines des clients. Ses micro-laminoirs produisent des bandes coulées ultra-mines de haute qualité tout en réduisant la consommation énergétique et les émissions de CO2. Cette forme de “upcycling” permet d’ajouter de la valeur aux déchets d’autrefois.

Améliorer le taux de récupération des ferrailles et le flux de matières.

Aujourd’hui, seuls 30% de tous les nouveaux produits en acier sont fabriqués à partir d’acier recyclé. Si cela représente tout de même 650 million de tonnes de ferrailles d’acier par an, la marge de progression reste gigantesque. L’une des causes derrière ces chiffres décevants est un taux de récupération des ferrailles situé entre 50 et 90 %. Cette marge s’explique en grande partie par la rareté de données qui représentent la complexité des flux de matières de l'acier dans la société.

En développant la plate-forme numérique Mjunction, Tata Steel contribue à améliorer l'efficacité des flux et l’utilisation des  matières d’acheteurs et de vendeurs de ferraille, de déchets et d'actifs non utilisés. Créée en 2001, cette plateforme est devenue la première plateforme digitale de l’acier au Monde avec un chiffre d’affaires de  9,5 milliards de dollars en 2016. Elle contribue également à alimenter l’industrie du recyclage avec des données fiables et transparente tout au long de la chaîne de valeur. Ce faisant, elle permet d’identifier les fuites circulaires causées par la dispersion géographique, la complexité des matériaux ou les infrastructures insuffisantes des infrastructures.

L'économie circulaire va affecter non seulement les processus de fabrication de l'acier, mais toute la chaîne de valeur de l'industrie sidérurgique. Elle contribuera par l’émergence d’une production d’acier durable à faible impact environnemental.


A découvrir