Vers une hausse de 2% des prix de l'électricité en janvier

53.000
La moyenne des enchères pour un mégawatt s'établissait en octobre à
53.000 euros.

C'est une sorte de « tempête parfaite » que les consommateurs vont essuyer en début d'année. Le prix du tarif régulé de vente de l'électricité va augmenter au mois de janvier, au point de représenter une hausse de la facture de 30 euros par an et par foyer.

Consommer de l'électricité pour se chauffer ou pour cuisiner va coûter plus cher à compter du mois de janvier. Selon les calculs du fournisseur alternatif spécialisé dans l'énergie verte Planète OUI, le prix du tarif régulé de vente (TRV) va augmenter d'au moins 2% en tout début d'année. Le tarif de référence pour EDF devrait faire flamber la facture finale pour le consommateur de 30 euros par an et par ménage, rapporte Le Parisien. Il s'agit d'une hypothèse mais elle est crédible. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) donnera mi-janvier au gouvernement ses recommandations concernant le TRV. Le régulateur prendra en compte un mécanisme complexe qui vise à sécuriser l'approvisionnement de l'électricité vers les consommateurs.

30 euros par an et par ménage

Les fournisseurs alternatifs doivent en tout temps disposer des capacités suffisantes par rapport à la consommation de leurs clients. Si leurs capacités de production sont insuffisantes, ils doivent alors en acheter des supplémentaires auprès des productions, sur un marché dédié. Or, celui-ci est largement dominé (plus de 90%) par EDF. La crise sanitaire ayant repoussé certaines opérations de maintenance et d'entretien des centrales nucléaires, le prix des mégawatts sur ce marché des capacités a littéralement explosé : l'an dernier, la moyenne des enchères était de 19.000 euros pour un mégawatt, elle s'est établie au moins d'octobre à… 53.000 euros.

L'épidémie en cause

Par conséquent, c'est donc le consommateur qui va subir la hausse sur sa facture, puisque le coût de la fourniture d'électricité y est intégré. Ce mécanisme n'est pas en cause, puisqu'il oblige les fournisseurs à tenir leur engagement de fourniture d'énergie. Mais les circonstances, renforcées par la mise en « vigilance particulière » de cet hiver par RTE, le gestionnaire de réseau, font que le consommateur n'aura d'autre choix que… de payer.


A découvrir