Restauration : mentionner le pays d'origine de la viande bientôt obligatoire

60 %
60% des morceaux de volaille vendus dans la restauration en France
sont importés.

Les Français ont, depuis des années, l’habitude de regarder quel est le pays d’origine de la viande de bœuf servie dans leurs restaurants préférés : c’est une obligation légale depuis le début du siècle. Dès mars 2022, cette transparence dans la restauration va s’appliquer à l’ensemble des viandes… pour promouvoir la consommation locale.

L’origine de la viande crue ne sera plus un mystère

À la fin des années 90, lorsqu’avait éclaté le scandale de la « vache folle », le gouvernement français décidait d’obliger le secteur de la restauration de mentionner l’origine de la viande de boeuf vendue dans les restaurants. Une forme de transparence qui était, à l’époque, liée à une nécessité sanitaire de traçage des produits.

Une nouvelle réforme dans ce domaine va entrer en vigueur le 1er mars 2022… mais pas pour les mêmes raisons. Si la réforme prévoit d’améliorer la transparence sur l’origine de la viande dans la restauration, elle ne vise pas à répondre à un problème sanitaire mais à inciter la consommation locale. Le gouvernement veut ainsi soutenir les éleveurs français, face à la concurrence d’autres pays comme le Brésil, véritable géant de la production de viande.

La provenance sera connue pour tous les types de viande

Avec la publication, jeudi 27 janvier 2022, du décret d’application de la loi adoptée par le gouvernement en 2021, le secteur de la restauration a désormais une nouvelle obligation : afficher le pays d’origine de l’ensemble de la viande servie. Les restaurants mais aussi la restauration collective seront soumis à cette nouvelle norme de transparence qui s’appliquera à toutes les viandes, en commençant le 1er mars 2022 par les pièces achetées crues.

Outre le bœuf, donc, les consommateurs pourront connaître le pays d’origine de la volaille ou encore des caprinés (chèvre, mouton…). Or, c’est surtout la volaille qui est ciblée, plus de la moitié de celle servie sur les tables des restaurants en France étant importée.

Le consommateur pourra donc choisir son restaurant en fonction de la provenance de la viande… ce qui risque de créer une tendance inflationniste au niveau de la restauration : la viande d’origine française est plus chère, et les restaurateurs devront répercuter cette hausse des prix.


A découvrir