Vieillissement de la population: +3 aînés toutes les cinq minutes en France

1,4 %
Avec 1,4% de son PIB consacré aux politiques publiques d'aide à
l'autonomie des personnes âgées, la France se situe dans la moyenne
des pays de l'OCDE.

Le nombre de personnes âgées dans le monde devrait doubler entre 2020 et 2050. En France, à la même échéance, ils représenteront plus d’un quart de la population, nous apprend l’Institut national d’études démographiques (Ined).

D’ici 2050, 28% des Français auront plus de 65 ans

La France vieillit à la vitesse Grand V. D’après les calculs de l’Institut national d’études démographiques (Ined), notre pays compte trois aînés supplémentaires toutes les cinq minutes. Le vieillissement de la population s’est surtout accéléré à partir de 2011. Ce phénomène a deux explications : l’allongement de l’espérance de vie d’une part et l’arrivée aux âges avancés des générations issues du baby-boom d’autre part.

D’ici 2050, la part des 65 ans et plus serait de 28% en France. Et ce n’est pas du tout un record : cette proportion sera bien plus importante dans d’autres pays développés : autour de 36% dans les pays du Sud de l'Europe et 38% au Japon et en Corée du Sud. En 2020 déjà, sur l’ensemble des 40 pays développés étudiés par les chercheurs de l’Ined, les personnes âgées de 65 ans et plus ont été près de 4 fois plus nombreuses qu’en 1950, passant de 54 millions à 222 millions.

Le nombre de personnes âgées devrait doubler d’ici 2050

En tout, d’ici 2050, les Nations unies prévoient le doublement du nombre de personnes âgées (65 ans et plus) dans le monde, passant de 700 millions de personnes en 2020 à 1,5 milliard d’individus. Leur part dans la population mondiale augmenterait ainsi de 9% à 16%.

En termes d'années « restant à vivre », les septuagénaires d'aujourd'hui sont semblables aux sexagénaires d'hier, observent les chercheurs de l’Ined. « Les années de vie gagnées au fil des décennies se sont accompagnées pour partie de troubles fonctionnels, car les progrès médicaux, sanitaires et sociaux ont permis à bien plus de personnes, y compris certaines fragiles, d'atteindre les grands âges, auxquels les problèmes de santé sont courants », écrivent-ils. Quid du financement de ces services ? En France mais aussi ailleurs au sein des pays de l’OCDE, le « reste à charge » pour l’usager demeure si important que plus de 90% des personnes ne sont pas en mesure de le financer sur la base de leur seul revenu. Et pourtant, seules 80% des personnes âgées peuvent compter sur leur famille (leurs enfants principalement) pour se faire aider dans leur vie quotidienne. Un sujet que les pouvoirs publics en France mais aussi ailleurs dans le monde doivent saisir à bras le corps.


A découvrir