Pas de vignette "anti-nids-de-poule" annonce le gouvernement

3 MILLIARDS €
La vignette anti-nids-de-poule aurait permis de récupérer 3 milliards
d'euros.

L’affaire avait créé un mini-scandale car il s’agissait encore une fois d’une taxe et, notamment, une taxe sur les véhicules : un comité d’experts avait émis l’hypothèse de créer une « vignette-anti-nids-de-poule » pour financer l’entretien et l’amélioration du réseau routier. Face au tollé provoqué le gouvernement a dû officiellement démentir avoir ce projet dans ses cartons.

La « vignette anti-nids-de-poule » : qu’est-ce que c’est ?

Tout est allé très vite : le 18 décembre 2017 le journal Le Parisien dévoile les pistes du comité d’experts missionnés par le ministère des Transports. Parmi les idées émises dans le rapport il y avait une nouvelle vignette pour les automobilistes : la vignette anti-nids-de-poule. L’objectif était simple : faire payer aux propriétaires de voitures une taxe annuelle qui aurait permis de financer les travaux sur e réseau secondaire en très mauvais état.

Le prix annoncé était assez élevé : entre 75 et 125 euros par véhicule immatriculé en France. De quoi ponctionner pas mal d’argent puisque le nombre de véhicules en circulation en France est estimé à près de 40 millions sans compter les véhicules lourds. À 75 euros la vignette, voilà que ce sont 3 milliards d’euros minimum qui rentreraient dans les caisses de l’État chaque année.

Le gouvernement dément officiellement

Elisabeth Borne, ministre des Transports, a réagi quasi-immédiatement à ce nouveau scandale naissant : pas question pour le gouvernement d’instaurer une telle vignette, en tout cas pour l’instant.

Reste que le réseau routier secondaire aurait besoin de gros travaux et que les nids-de-poule sont bel et bien un problème, notamment pour la sécurité routière. Les motards en particulier en font les frais et 18,95 % des automobilistes estiment, selon une enquête de l’association 40 millions d’automobilistes, qu’ils représentent un réel danger.

Mais, toujours selon cette enquête, c’est la signalisation incohérente qui est le chantier le plus important : la moitié des automobilistes estiment que les incohérences dans les panneaux de signalisation sont très dangereuses.


A découvrir