Vitesse à 80 km/h : la perte en temps estimée à 665 millions d'euros

230 MILLIONS €
La facture finale de la réforme de la vitesse maximale sur les routes
secondaires est positive de 230 millions d'euros.

Voilà une étude officielle réalisée par le Commissariat général au développement durable qui risque de faire des remous puisqu’elle porte une nouvelle fois sur la très controversée réforme du Code de la Route qui va instaurer la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens sans séparation centrale. La réforme, très critiquée, va entrer en vigueur le 1er juillet 2018.

Les pertes de temps estimées à plus de 600 millions d’euros

Rouler moins vite, en supposant que les Français respectent cette nouvelle limitation, va coûter cher selon l’étude réalisée en amont de la décision du gouvernement de lancer cette réforme. Cette étude, dont les résultats ont été dévoilés en janvier 2018 et mis en ligne mardi 6 mars 2018, aurait même inspiré le gouvernement qui a opté pour le scénario le plus positif.

Par exemple, selon les chercheurs du Commissariat général au développement durable, les pertes de temps de l’application de la limitation de vitesse à 80 km/h auront un coût estimé à 665 millions d’euros. Une perte pour la France qui ne manquera pas de faire râler les associations d’automobilistes… même si au final la facture est positive.

Un gain final de plus de 200 millions d’euros ?

Si le temps perdu va coûter cher, selon l’étude il sera largement compensé par les gains en accidentalité estimés, dans cette même étude, à 769 millions d’euros. C’est là que le conflit risque de s’animer : les associations de défense des automobilistes estiment que la réforme ne va pas être positive au niveau du bilan de la sécurité routière… mais seul l’avenir dira qui a raison.

Ce qui est sûr, c’est que la planète dira merci : la baisse de la vitesse maximale va entraîner un gain de 11 millions d’euros par an en termes de pollution, émissions de CO2 ou encore bruit. Au total, la réforme devrait avoir un bilan positif estimé à 230 millions d'euros par an tous paramètres confondus.

Sans compter que ce scénario, retenu par le gouvernement, est le seul au bilan positif : d’autres scénarios étudiés auraient coûté cher à la France. Baisser la vitesse maximale sur les autoroutes à 110 km/h coûterait, en temps perdu par les Français, 1 145 milliards d’euros et ce malgré un gain, en termes d’accidentalité, de 870 millions d’euros.


A découvrir