Informatique : VMWare va-t-elle racheter sa maison-mère Dell ?

25 %
VMWare a vu la valeur de son action chuter de 25 % après la
publication des rumeurs de fusion inverseé.

C’est une opération rare qui pourrait être réalisée dans le monde de l’informatique : une « fusion inversée » entre Dell et VMWare. La première détient la très grande majorité du capital de la seconde mais c’est la seconde qui est cotée en Bourse. La fusion inversée serait une solution pour ne pas devoir passer par une IPO traditionnelle.

Dell n’est pas cotée en Bourse depuis quelques années

Tout le monde connaît l’entreprise Dell : elle produit des ordinateurs pour bureau mais également pour joueurs grâce à sa filiale spécialisée Alienware qu’elle détient depuis 2006. Mais contrairement aux autres géants américains de la high-tech, Dell n’est pas cotée en Bourse. Elle l’était mais, en 2013, l’entreprise a racheté toutes ses actions et est sortie du listing de Wall Street.

Dell est donc une sorte d’outsider capable de coups d’éclat majeurs. C’est ainsi qu’en 2015 Dell s’est offerte le groupe EMC pour 67 milliards de dollars. Parmi les entreprises les plus intéressantes du groupe EMC il y avait VMWare, spécialiste de la virtualisation et cotée en Bourse. La filiale était tout de même valorisée 60 milliards de dollars.

Et si VMWare rachetait Dell ?

La rumeur qui se fait insistante dans le monde boursier américain est celle-ci : VMWare pourrait racheter Dell, soit sa maison-mère, en une opération dite de fusion inversée. L’intérêt de cette opération est double : Dell pourrait rembourser une partie de sa dette grâce à ce rachat et, surtout, se retrouver à nouveau listée en Bourse mais cette fois sous le label VMWare.

Rien n’est encore décidé et on sait déjà que les discussions se feront en février 2018 parmi les dirigeants de Dell et VMWare. Ce qui est sûr c’est que la Bourse n’a guère apprécié l’idée : en moins de 24 heures d’échanges l’action VMWare est passée d’un record historique (163,23 dollars le vendredi 26 janvier 2018) à une forte baisse de près de 25 %. L’action a chuté à 125,05 dollars à la fermeture de Wall Street le lundi 29 janvier 2018 faisant chuter sa capitalisation à 50 milliards de dollars.


A découvrir