Voitures d'occasion : attention aux compteurs trafiqués

100 000
Jusqu'à 100.000 kilomètres peuvent être enlevés au compteur pour
revendre les voitures d'occasion.

Si vous vous apprêtez à acheter une voiture d’occasion, lisez bien ce qui va suivre. Depuis toujours, les vendeurs de voitures malhonnêtes, souvent, des particuliers, mais parfois aussi des revendeurs professionnels indélicats, utilisent un truc tout bête pour donner de la valeur à la voiture : ils trafiquent le kilométrage.

Repérer un compteur de voiture trafiqué

En théorie, depuis que l’affichage du compteur kilométrique est électronique, soit, depuis bientôt 20 ans, l’information devrait être sécurisée, figée dans la mémoire de la voiture. Seulement voilà, il est désormais possible de trouver sur Internet pour quelques dizaines d’euros, des appareils capables de changer le kilométrage, depuis un simple smartphone, avec une application spéciale.

De petits escrocs se sont saisis de cette aubaine. Ils achètent et revendent des voitures très vite, souvent, sans mettre les papiers à leur nom, ce qui doit vous mettre la puce à l’oreille. En enlevant 50 ou 100.000 kilomètres au compteur du véhicule, ils augmentent sa valeur de plusieurs milliers d’euros.

Une vente sur six concernée

D’après certaines sources, cette arnaque serait tellement répandue qu’elle concernerait une vente sur 6, soit plus de 800.000 voitures d’occasion tous les ans, en France. 

Comment s’en protéger ? C'est assez simple : quel que soit le kilométrage du véhicule, demandez les factures de réparation et les précédents contrôles techniques. Autant de documents sur lesquels figure le kilométrage relevé par un professionnel. Le vendeur ne les a pas ou ne les a plus ? Alors, tournez casaque, il s'agit très certainement d'une arnaque !  Et si vous pensez avoir été roulé : et bien... allez vite voir les gendarmes. Il n’est jamais trop tard.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).