La moitié des Français n'est pas convaincue par les voitures autonomes

51 %
51% des Français ne sont pas convaincus par les voitures autonomes,
mais trouvent l'idée intéressante.

Tesla, Renault, Baidu... De plus en plus de fabricants se lancent dans le marché de la voiture autonome et ils ne sont pas les seuls à s’y intéresser. Le gouvernement français a pour sa part annoncé que les voitures autonomes arriveront sur les routes du pays d’ici 2020. Avec l’évolution constante de ce marché, Ipsos a mené un sondage sur les avis des consommateurs sur les voitures autonomes dans 28 pays dans le monde. À en croire cette étude, les habitants de certains pays occidentaux, dont la France, ne sont pas forcément enthousiastes. De tous les pays étudiés, c'est d'ailleurs en France qu'on observe le taux d'optimisme le plus bas.

Les Français, peu enthousiastes envers les voitures autonomes

Les Français font peu confiance aux voitures autonomes et les regardent avec prudence, révèle un sondage Ipsos. 51% d'entre eux ne sont pas convaincus par ces voitures, mais trouvent l’idée intéressante. 24% se disent enthousiastes et en faveur des véhicules autonomes et 25% se disent complétement contre les voitures autonomes et déclarent qu’ils n’en utiliseront jamais une. On remarque en même temps que 28% des Français disent vouloir en posséder une.

L’étude révèle aussi le regard des Français sur l'utilisation qui serait faite de la fonction autonome du véhicule si dans 10 ans, tous les véhicules sont équipés d’une technologie d’automatisation. Par exemple, 58 % des Français utiliseraient le mode autonome pour se garer, seuls 43% l’utiliseraient pour effectuer leurs trajets quotidiens domicile-travail. Mais seulement 34% des Français interrogés déclarent que les véhicules autonomes rendront la conduite plus sûre. Donc on note une certaine réticence de la part des Français à faire confiance à cette nouvelle technologie.

Une vision pas forcément partagée avec le reste du monde

Bien que les Français interrogés semblent peu enclins à vraiment faire confiance à cette nouvelle technologie, on note que le reste du monde au contraire est plus enthousiaste. Mais l’étude d’Ipsos met en avant une scission entre les pays développés et les pays émergents. Les pays les moins intéressés par les véhicules autonomes sont des pays occidentaux. Par exemple, posséder ce type de voiture ne convainc que 24% des interrogés en Allemagne, 27% au Royaume-Uni. Alors même que 64% en Malaisiens, 60% des Péruviens et 58% des Colombiens se disent enclins à en posséder une. Une courte majorité des Français (55%) estime que la conduite sera plus facile avec les nouveaux véhicules. On note une nouvelle fois la même tendance des pays émergents à être plus optimiste sur le sujet comme la Malaisie (86%), le Pérou (82%), la Colombie et le Mexique (81%).

Une autre information ressort de ce sondage : la confiance n’est pas au rendez-vous. En France seulement 26% des interrogées font confiance aux entreprises qui conçoivent et fabriquent les véhicules autonomes pour les réglementer, alors que la moyenne mondiale est de 42%. Pauline Laujac, experte automobile chez Ipsos explique que « Cette prudence est un comportement rationnel en phase de transition. L’introduction d’une nouvelle technologie ne se suffit pas et nécessite une certaine pédagogie sur les nouveaux usages qu’elle induit. Un autre défi de taille sera de rendre identifiable le bénéfice client que peuvent apporter les véhicules autonomes : du temps, de l’argent, du confort, de la sécurité… ».

Ce sondage Ipsos a été réalisé en ligne du 27 novembre au 8 décembre 2017, dans 28 pays, sur 21 549 personnes, âgées de 18 à 64 ans aux États-Unis et au Canada et de 16 à 64 ans dans les autres pays. Les pays interrogés : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Chine, Colombie, Corée du Sud, Espagne, France, Hongrie, Inde, Italie, Japon, Malaisie, Mexique, Pérou, Pologne, Russie, Serbie, Suède, Turquie, Royaume-Uni et États-Unis.


A découvrir