Vous voulez du pouvoir d'achat, passons à 40 heures !

10 %
Les entreprises allemandes ont des marges 10% supérieures aux
françaises, c?était 14% avant l?instauration du CICE.

Passer à 40 heures de travail par semaine : cela pourrait être une réponse efficace du Président Emmanuel Macron, au mécontentement du peuple français et surtout aux gilets jaunes.

Effectivement le pouvoir d’achat et les marges des entreprises n’ont pas arrêté de diminuer depuis plus de 30 ans. Pour deux raisons principales :

Une durée de vie qui n’a eu de cesse d’augmenter : 7 heures de plus chaque jour, soit 23 ans années depuis la dernière guerre et même 27 années pour les retraités. Une durée de travail qui n’a eu de cesse de se réduire surtout depuis 1982 : 14 heures de moins par semaine et jusqu’à 7 années de moins sur une durée de vie, 4 ½ aujourd’hui.

Depuis 1975, première année de déficit, qu’ont fait tous les gouvernements avec plus ou moins d’intensité ? Augmenter la pression fiscale pour essayer de combler les déficits.

Plus la fiscalité a augmenté, plus la consommation a baissé, plus les marges des entreprises se sont réduites, plus ces dernières ont cherché à survivre, soit en s’implantant à l’étranger, soit en cherchant des consommateurs plus aptes à acheter leurs produits à prix plus élevés.

Une des causes de notre très forte baisse de nos exportations. Aujourd’hui, les entreprises allemandes ont des marges 10% supérieures aux françaises, c’était 14% avant l’instauration du CICE, une aide qui coûte lui très chère à l’état, car c’est un subterfuge pour essayer de sauver nos entreprises.

Cette très forte diminution de pouvoir d’achat et augmentation de charges a entrainé une très forte baisse de notre compétitivité globale (même si cela a augmenté la productivité horaire. Comme nous travaillons peu, la productivité globale n’a pas arrêter de se restreindre. « Ce n’est pas la peine de « se donner à fond, d’être stressé » pendant une heure si nous ne travaillons pas suffisamment par jour, sur une année, sur la durée de vie ! »).

Que rapporteraient donc ces 40 heures par année ? (Hors fonctionnaires et heures supplémentaires) :

60 Milliards de salaires 30 Milliards de rentrées de charges 6 Milliards d’impôts supplémentaires 10 Milliards de TVA

C’est une hausse du niveau de vie de plus de 10% par le bas

C’est 200 euros de plus pour un salarié au Smic

C’est jusqu’à 14% de marge de plus pour les entreprises

C’est 13% d’encours supplémentaires pour les banques (pour les prêts)

Ce sont les Caisses de Sécurité Sociale, de retraite, d’Assedic qui seraient sauvées.

Ce serait la possibilité de baisser les charges sociales, les taxes et pourquoi pas celles sur les carburants, etc, ce qui redonnerait en plus du pouvoir d’achat et donc de la croissance.

Si le gouvernement commençait par augmenter le temps de travail d’une heure : 35/36 heures, ce serait 22 milliards de plus par année dans l’économie.

S’il augmentait la durée d’activité de 1 an : 62/63ans, ce serait 65 milliards de plus par an dans l’économie.

Il faut rappeler pour conclure que cette durée de vie qui augmente, avec un temps de travail et d’activité qui ont fortement diminué, ont contribué à une continuelle augmentation des dépenses de l’état et des déficits, une fiscalité en hausse constante ; en grande partie pour payer le social ; pour essayer de maintenir un taux de pauvreté minimum. Jusqu’à quand ?

Les heures travaillées étant proportionnelles au niveau du PIB, celui-ci n’a pas arrêté de se restreindre par rapport aux dépenses de l’état. Il manque ainsi aujourd’hui 25% de PIB pour que la France soit au minimum sans déficit, soit 25% d’heures travaillées en moins (Pour les salariés base 35 heures). Les cadres et similaires quant à eux, sont au- delà de la moyenne européenne. Compensent-ils les horaires salariés qui ne font eux que 36,2 heures payées en moyenne par semaine ? C’est non, qu’ils fassent plus ou moins d’heures leur salaire reste le même.

Alors mesdames, messieurs les gilets jaunes (Et les autres) poussons le gouvernement à établir ces 40 heures qui sauveront immédiatement le pays de son enlisement et augmenteront de suite le pouvoir d’achat.


A découvrir

Daniel Moinier

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.

Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.