38 % des Français zappent leur visite chez le dentiste

26 %
Seuls 26 % des Français se disent satisfaits du niveau de
remboursement des actes dentaires par la Sécurité sociale.

Selon un sondage IFOP pour le think-tank Agir pour la Santé Dentaire, 68 % des Français déclarent avoir actuellement besoin de soins dentaires. Cependant, parmi ces personnes, 38 % n’envisagent pas de consulter un dentiste dans un avenir proche.

1 Français sur 5 estime avoir besoin de soins dentaires importants

Signe d’une santé bucco-dentaire qui laisse à désirer ou conscience de l’importance de la prévention ? Quelle qu’en soit la raison, dans un sondage IFOP pour le think-tank Agir pour la Santé Dentaire, qui regroupe des chirurgiens-dentistes, des prothésistes dentaires, des industriels du dentaire, des assistantes dentaires et des associations de patients, 68 % des Français déclarent qu’ils ont actuellement besoin d’une visite chez le dentiste, dont 53 % pour des soins d’entretien et 19 % pour des soins importants.

Parmi ces personnes, 13 % sont actuellement en cours de soins et 49 % prévoient de les faire réaliser dans les prochains mois. En revanche, 31 % ne savent pas encore quand ils feront réaliser ces soins, et 7 % n’envisagent pas du tout de les faire réaliser.

Régularité des visites chez le dentiste : le niveau de remboursements est un facteur incitatif clé

Selon 20 % des Français qui renoncent (temporairement ou définitivement) aux soins dentaires, il s’agit de soins de confort, qui ne sont pas vraiment indispensables. 16 % les « zappent » par manque de temps, et 14 % évoquent la « peur du chirurgien-dentiste ».

Mais la raison numéro un de cette renonciation est l’obstacle financier, à savoir un coût prohibitif et/ou la faiblesse des remboursements. En effet, seuls 26 % des Français se disent satisfaits du niveau de remboursement des actes dentaires par la Sécurité sociale. En même temps, le niveau des remboursements semble être un facteur clé pour inciter les Français à consulter leur dentiste au moins une fois par an. En effet, seuls 7 % des personnes interrogées ont déclaré que de meilleurs niveaux de remboursement ne sauraient pas les inciter à consulter leur dentiste au moins une fois par an.


A découvrir