La BCE augmente encore ses taux, confirme la récession et annonce une inflation plus durable

Les bourses mondiales étaient en net recul hier soir lorsque je me suis mis à rédiger cet article et pour cause, les banques centrales viennent de faire montre de détermination dans leur lutte contre l’inflation.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Publié le 16 décembre 2022 à 9h01
Taux Directeur Bce Hausse 2023
0,5%La BCE a relevé en décembre 2022 ses taux directeurs de 0,5%

Même si Christine Lagarde la présidente de la BCE s’est voulue « rassurante » en déclarant qu’elle voulait croire à une récession courte et modérée sans impact sur l’emploi, nous sommes plus ici dans les incantations et les discours manipulatoires destinés à maîtriser le comportement des marchés et à éviter la panique.

N’oubliez pas que la même BCE expliquait encore il y a un an que l’inflation serait de courte durée, faible et « transitoire ». Aujourd’hui les banques centrales veulent terrasser l’inflation et sont prêtes à tous les sacrifices pour y arriver. L’agneau du sacrifice étant… nous, les populations.

D’ailleurs à propos de terrasser…

Du côté des Etats-Unis, Jerome Powell, qui dirige la Fed, la Banque centrale américaine, a lui aussi prononcé lundi soir un discours très restrictif en répétant que l’institution qu’il préside comptait encore augmenter le loyer de l’argent et qu’il ne fallait pas s’attendre à une détente de taux avant fin 2023, et la certitude que l’inflation est terrassée.

Du coup les prévisions de taux pour 2023 sont désormais supérieures à 5,1 %.

La BCE monte ses taux à 2.5 % !

Revenons à nos moutons européens et à la BCE. La Banque Centrale Européenne a donc décidé d’une augmentation de ses taux directeurs en leur rajoutant à nouveau 0.5 % les portant à 2.5 % au lieu de 2 alors que nos taux étaient négatifs il y a encore quelques mois.

La remontée est donc particulièrement brutale et cela va vite avoir des répercussions sur les taux d’usure en France qui ont toujours un très grand train de retard sur les hausses de taux directeurs ce qui va contribuer à geler durablement le marché immobilier français.

Et la BCE va poursuivre…

Car pour Christine Lagarde il faut s’attendre à des hausses de taux « significatives » encore à venir car « l’inflation reste beaucoup trop élevée et devrait rester au-dessus de l’objectif pendant trop longtemps ». Et ce n’est pas tout.  L’institution monétaire européenne va réduire la taille de son bilan et donc son stock d’obligations actuellement de 3 300 milliards d’euros « en ne réinvestissant pas la totalité des remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance ».

Montant de la douloureuse ?

15 milliards en moins de financement du marché obligataire.

Là aussi les taux de marché vont pousser à la hausse faisant baisser le prix des obligations émises à taux faibles pour ne pas dire 0 ces dernières années.

Officiellement voici les prévisions d’inflation de la BCE: l’inflation de la zone euro devrait atteindre 8,4 % en 2022, 6,3 % en 2023, 3,4 % en 2024 et 2,3 % en 2025. A voir, car entre les pénuries, la transition énergétique et le choc gazier et électrique qui frappe notre continent en raison de la guerre contre la Russie, nous ne sommes pas sortis de l’auberge inflationniste. D’ailleurs avec des prévisions à 6.3 % après les 11 % de 2022 nous parlons d’une perte de pouvoir d’achat proche de 20 % pour l’ensemble des ménages européens.

20 % !

Vous vous rendez compte de l’appauvrissement généralisé provoqué par les politiques insensées menées en Europe ?

Les marchés finiront par devoir prendre en considération, comme l’affirme BlackRock, que les banques centrales ne viendront pas au secours des marchés, les banques centrales ne sauveront pas les bourses mondiales. Au contraire, elle vont provoquer leur effondrement par leurs politiques monétaires « agressives ». Enfin, agressives, c’est la façon de voir des marchés, car, de vous à moi, jamais les taux n’auraient dû être négatifs car être payé pour emprunter c’est du délire économique total. Le problème majeur, c’est que les acteurs économiques et les marchés ont pris l’habitude de s’amuser avec de l’argent qui n’avait plus de prix.

Les banques centrales vont redonner un prix à l’argent.

Cela sera douloureux.

Très douloureux, et les marchés espèrent encore qu’elles ne le feront pas.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011. Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Aucun commentaire à «La BCE augmente encore ses taux, confirme la récession et annonce une inflation plus durable»

Laisser un commentaire

* Champs requis