En 2023 : est-ce encore une bonne idée d’investir en bourse ?

L’année 2020 aura été un tournant décisif pour les marchés, confrontés à une pandémie inattendue, mettant à mal les différentes économies du monde et remettant en question le modèle de mondialisation sur lequel de nombreux géants de Wall Street ont bâti leur puissance.

Reda Aboutika (2)
Par Réda Aboutika Publié le 9 janvier 2023 à 15h35
Krach Marches Bourse 2022
9,5%Sur l'ensemble de 2022, le CAC 40 a finalement perdu 9,5%

En réponse à cela, des mesures de relance sans précédent ont été déployées par de nombreux gouvernements, afin de minimiser l’impact de la pandémie sur les entreprises et sur les populations. Ces mesures de relance ont été accompagnées d’un soutien inconditionnel des banquiers centraux, incitant les investisseurs à “acheter le creux” sur le marché actions. Mais la musique s’est brusquement arrêtée lorsque l’inflation a pointé le bout de son nez. Une inflation qualifiée de temporaire dans un premier temps par le président de la Réserve fédérale américaine, avant que ce dernier ne soit forcé d’admettre l’incontestable vérité : l’inflation est là pour durer, et la combattre avec force risque de plonger l’économie dans une récession.

L'inflation est restée le thème dominant sur les marchés depuis lors, et la principale raison de l’aversion au risque en 2022. La grande question qui se présente aux investisseurs est la suivante : l'inflation va-t-elle baisser ? Est-ce le moment d’investir en bourse ? Une question plus importante s’impose : à quel rythme l’inflation va-t-elle baisser ? En effet, l'inflation diminue déjà aux États-Unis et sur le Vieux continent, et ce processus devrait se poursuivre pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, les prix des matières premières ont perdu du terrain par rapport aux niveaux atteints suite à l’agression russe contre l’Ukraine. D’un autre côté, les difficultés en matière de logistique internationale semblent s'atténuer, les entreprises ayant procédé à des ajustements. Des éléments qui laissent entrevoir une lueur d’espoir aux investisseurs, prêts à se ruer vers le marché actions dès que les voyants tourneront au vert, comme l’a montré la hausse du Dax suite aux données rassurantes sur l’inflation en Allemagne.

Le début d’année sera probablement difficile pour les marchés, et le premier trimestre pourrait voir le déclin de l’économie se poursuivre, ce qui devrait se refléter sur les prochains résultats d’entreprises. Cependant, un second semestre plus favorable, marqué par un “pivot” de la Fed, permettrait une année en forme de V pour les actions, pour clôturer 2023 sur une note positive. Dans un tel contexte, investir en début d’année 2023 nécessitera de faire une sélection pointue afin de s’exposer aux secteurs qui pourraient briller malgré les éventuels soubresauts des marchés boursiers.

La situation géopolitique tendue dans de nombreuses régions du monde, ainsi que la guerre qui sévit en Europe, devraient favoriser grandement le secteur de la cybersécurité, devenu un enjeu stratégique à l’échelle des entreprises, mais surtout au niveau des Etats. Par ailleurs, certaines entreprises de l’aéronautique et de la Défense profitent déjà pleinement de la montée des conflits armés dans le monde, en atteste le contrat d'une valeur de 1,3 milliard de dollars décroché par Textron, pour produire un hélicoptère qui remplacera le vieillissant UH-60 Black Hawk de l’armée américaine.

Le secteur des énergies renouvelables sortira certainement gagnant de cette nouvelle nécessité de réduire la dépendance des États européens aux énergies fossiles et de la prise de conscience de la nécessité de diversifier et d’accélérer la transition énergétique. La crise énergétique qui a fait trembler le Vieux continent en 2022 a métamorphosé en quelques mois le storytelling nucléaire, dernièrement hostile suite aux catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima. Le retour en grâce du nucléaire devrait favoriser deux géants du secteur : Uranium Energy Corp, la seule grande société américaine qui extrait actuellement de l'uranium et dispose de licences d'exploitation, ainsi que Kazatomprom, le plus grand producteur d'uranium au monde qui a assuré en 2021 près de 25 % de l'offre mondiale.

Enfin, le secteur de la santé, et plus précisément des biotechnologies, offrira certainement de belles opportunités en 2023 de par son insensibilité à la conjoncture, avec une forte croissance dopée à l’innovation.

Ces différents secteurs seront à privilégier dans le contexte incertain actuel, et le retour d’un environnement propice à l’investissement sera probablement conditionné à un virage dans la politique monétaire de la Fed. Un pivot de la politique monétaire tout aussi incertain que l’environnement, étant donné la demande de consommation toujours aussi robuste combinée à un marché du travail faisant preuve d’une grande résilience malgré les conditions. Prudence et discipline seront les maîtres mots de tout investisseur souhaitant investir en 2023.

Reda Aboutika (2)

Chef Analyste chez XTB France

1 commentaire on «En 2023 : est-ce encore une bonne idée d’investir en bourse ?»

  • Monsieur,

    Si votre article est très intéressant, je pense qu’il est bon de rappeler que l’indice DAX que vous mentionnez, comme tous les indices dits boursiers, est un indice de logique comptable, et non financière. En effet, les indices dits boursiers se contentant de prendre le cours de fermeture de la Bourse, dont le seul enseignement est qu’il n’y avait plus d’acheteur ou vendeur à ce cours de fermeture, des titres composants l’indice ne peut en aucun servir de référence financière générique pour les titres non négociés, cela même si les comptabilité l’utilise comme référence comptable pour l’ensemble des mêmes titres, selon la règle comptable mark-to-market, dite à juste titre valeur de marché et non prix de marché. La valeur est une notion économique, la valorisation est une notion comptable et, seul, le prix est financier car objet d’un échange réalisé d’un volume déterminé de titres pour le seul échange réalisé. Merci

    Répondre
Laisser un commentaire

* Champs requis