Bruno Le Maire : pas de « profiteurs » de l’inflation chez les industriels de l’agro-alimentaire

L’inflation qui réduit le pouvoir d’achat est particulièrement visible dans les rayons des magasins de la grande distribution, et tout particulièrement sur les produits alimentaires. Pour autant, est-ce que les industriels en profitent pour gonfler leurs marges ?

Par Olivier Sancerre Modifié le 8 novembre 2022 à 20h21
Bruno Le Maire Pas Profiteurs Inflation Industriels Agroalimentaire
6,2%Selon l'Insee, l'inflation en octobre s'est établie à 6,2% sur un an.

Bruno Le Maire a voulu mettre fin à une nouvelle théorie du complot selon laquelle les professionnels de l'alimentation ont profité de la situation actuelle d'inflation pour augmenter leurs marges, au détriment des consommateurs. Beaucoup d'entre eux pensent en effet que si les prix des produits alimentaires vendus dans la grande distribution ont augmenté, c'est en raison des marges importantes que réalisent les industriels. « Il faut se méfier de la logique de bouc émissaire », a rétorqué Bruno Le Maire au micro de BFMTV/RMC. Le ministre de l'Économie a en effet assuré qu'il n'y avait pas de « profiteurs sur les prix de l'alimentation ».

La logique de bouc émissaire

En fait, c'est même l'inverse : les marges de la grande distribution et des industriels de l'agro-alimentaire ont diminué entre 2019 et 2022. C'est la conclusion d'un rapport de l’Inspection générale des finances, rendu au gouvernement en juillet dernier. Comprenant l'obligation de transparence, le locataire de Bercy s'est d'ailleurs engagé à le rendre public afin que chacun puisse se faire sa propre idée. Mais alors, qu'est-ce qui explique la hausse vertigineuse des prix de certains produits de consommation courante ?

Inflation : les matières premières en cause

« Les prix ont augmenté à cause de l’inflation sur le prix des matières premières », a expliqué Bruno Le Maire. Le gouvernement entend continuer ses efforts de soutien au pouvoir d'achat, et bien que le « quoi qu'il en coûte » soit terminé, les aides visent les ménages les plus modestes. L'objectif de l'exécutif est de faire baisser l'inflation l'année prochaine, puis de retrouver des niveaux d'inflation « plus raisonnables » en 2024. L'attente va être longue.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Bruno Le Maire : pas de « profiteurs » de l’inflation chez les industriels de l’agro-alimentaire»

Laisser un commentaire

* Champs requis