Cours de l’or : reflet d’un monde aux multiples incertitudes

Depuis plusieurs jours, le cours de l’or est dans une dynamique haussière, voire historique, où chaque jour est un nouveau record. Cette ascension du métal jaune – qui défie toutes les prévisions des analystes – est à mettre au crédit d’une succession d’événements qui conduisent les investisseurs à se tourner vers la valeur refuge.

Isainziglesias
Par Ignacio Sainz Iglesias Modifié le 4 avril 2024 à 11h07
cour, or, bourse, valeur, augmentation, monde
8%Le cours de l'or a grimpé de 8% en un mois.

Un actif qui prend +8% en un mois

Le cours de l’or était bien atone depuis la fin 2023 jusqu’à fin février dernier. En effet, l’attentisme des décideurs politiques de la FED autour d’un desserrement monétaire avait rendu la relique barbare moins attractive. Et dans une période où les taux d’intérêts n’ont jamais été aussi hauts depuis presque 20 ans, les obligations d’État aux rendements garantis semblaient davantage attirer les convoitises des investisseurs. L’or n’est pas un produit d’investissement comme un autre. Il a pour fonction de sécuriser une partie de patrimoine. Dans un marché obligataire puissant comme aujourd’hui, il est naturel que certains préfèrent le bénéfice à la sécurité.

Une inflation US qui peine à baisser

Mais voilà, début mars, face à une économie américaine qui semble se maintenir à de bons niveaux, l’indice des prix à la consommation aux US quant à lui marque le pas. De quoi remettre en question l’efficacité de la politique de hausse des taux à endiguer le phénomène. L’appréciation du cours de l’or est alors immédiate. L’or est toujours tiraillé dans ce genre de situations. N’oublions pas que c’est avant tout un produit marchand et que c’est un acte presque politique d’en acheter, comme un signal de la santé de notre économie.

Un assouplissement des règles monétaires

Et le coup de grâce des bonnes nouvelles pour le métal jaune arrive dans la foulée par le biais de Jerome Powell, le patron de la FED qui, alors qu’il laissait planer le doute depuis plusieurs mois sur une baisse potentielle des taux directeur, a enfin annoncé sa volonté de les réévaluer par trois fois en 2024.

2024, c’est d’ailleurs le nouveau pic du cours de l’or en euro atteint le 21 mars au fixing de Londres (la référence officielle pour le prix du métal précieux). Idem pour le cours en devise américaine le même jour qui dépasse allégrement et pour la première fois les 2210 dollars. Résultat des courses : l’actif prend 8% en à peine un mois.

L’or en observateur des péripéties du monde

Si les considérations économiques jouent un rôle important dans la dynamique du prix de l’or, n’oublions pas que le métal est également réceptif aux aléas géopolitiques.

Des conflits qui durent

En février 2022, l’opération militaire russe sur les terres ukrainiennes du Donbass avait fait bondir le cours de l’or en quelques heures. Et si cette guerre semble s’enliser entre les deux camps depuis maintenant deux ans, certaines actions sur le terrain continuent à influencer sur le prix du métal jaune. Il est important de rappeler que la Russie produit et conserve d’importants stocks d’or.

Côté bande de Gaza, c’est la même chose. Les attentats terroristes du 7 octobre en Israël et la riposte immédiate du gouvernement de Netanyahou ont réveillé le réflexe d’achat et de protection avec de l’or. En à peine 15 jours, le cours a pris plus de 6,5% pour flirter avec les 1900 euros.

Une volonté de dédollarisation

L’autre élément non négligeable dans la dynamique de l’or, c’est la propension de certains pays à accumuler le métal précieux. Parmi eux, on compte la Chine qui souhaite, dans un projet de recomposition des blocs d’influence dans le monde et notamment avec l’élargissement du club des BRICS (pour Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), s’émanciper des États-Unis et, de fait, du dollar. Certains avaient prédit le retour de l’étalon or en guise de monnaie. L’annonce n’a pas eu lieu. Mais dans les faits, le retournement du rapport de force avec comme variable d’ajustement l’or est en marche.

Faire sans la première puissance du monde en faisant bloc, c’est affaiblir son économie et donc sa monnaie. De quoi appliquer une équation presque évidente pour les spécialistes : un dollar faible, c’est la perspective d’un or fort.

Week-end de Pâques oblige, les places boursières sont fermées, laissant le cours de l’or à son plus haut historique en euro : le prix de l’once d’or s’échange désormais à 2070,28 euros.

Isainziglesias

directeur général délégué de VeraCash

Suivez-nous sur Google News Economie Matin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Cours de l’or : reflet d’un monde aux multiples incertitudes»

Laisser un commentaire

* Champs requis