Électricité : le prochain hiver sera lui aussi à risque

Les tensions sur le réseau d’électricité durant l’hiver 2022-2023 sont réelles, mais d’ores et déjà la Commission de régulation de l’énergie prévient que le plus dur sera peut-être à prévoir pour l’hiver suivant…

Par Olivier Sancerre Modifié le 6 décembre 2022 à 13h24
Electricite Prochain Hiver Risque
2424 réacteurs nucléaires d'EDF sont actuellement à l'arrêt, sur un total de 56 réacteurs.

Il existe un risque « élevé » de coupures d'électricité au mois de janvier, a prévenu RTE, le gestionnaire du réseau électrique français. En cause, le retour retardé de plusieurs réacteurs nucléaires d'EDF, ce qui réduit les capacités de production d'électricité à une période où la consommation est très importante. C'est pourquoi des « délestages tournants » pourraient être organisés, ce qui est d'ailleurs le discours d'Emmanuelle Wargon, la présidente de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) : « on ne peut pas exclure qu'il y ait des coupures ciblées », a-t-elle affirmé à BFM Business. Mais elle s'est voulue aussi optimiste : « Ce n'est pas sûr à 100% ».

Des capacités de production très tendues

Selon Emmanuelle Wargon, la situation évoluera en fonction « de notre sobriété ou pas, de la météo, de notre capacité de réaction au moment où le gestionnaire de réseau RTE annonce que c'est très tendu ». Néanmoins, elle assume qu'il existe « une belle probabilité que ça se passe finalement pas trop mal pour l'hiver 2022-23 ». En revanche, la présidente de la CRE prévient que pour l'hiver 2023-2024, « c'est encore vraiment très incertain ». Ce deuxième hiver sera probablement le plus à risque, selon elle. Tout dépendra de plusieurs critères : « C'est là aussi que ce qu'on fera sur les importations de gaz, les importations d'électricité, la suite des mesures d'urgence communautaires, le début de la réflexion sur l'organisation du marché, cela jouera sur l'hiver 23-24 ».

Des prix de l'électricité en baisse début 2023 ?

Une bonne nouvelle pour finir : les prix de l'électricité pourraient de leur côté « se stabiliser, voire baisser » durant le premier et le deuxième trimestres. Si les réacteurs nucléaires en maintenance sont remis en route comme le calendrier actualisé d'EDF le prévoit, « cela veut dire qu'on saura faire face en janvier s'il ne fait pas trop froid ». Plus d'offre, cela signifie que la demande sera mieux servie et par conséquent, cela aura un impact positif sur les prix de l'électricité.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Électricité : le prochain hiver sera lui aussi à risque»

Laisser un commentaire

* Champs requis