Les entreprises se portent légèrement mieux, mais les factures d’énergie continuent de peser

Fin décembre 2022, les chefs d’entreprise sont légèrement plus optimistes : ils notent un léger recul des difficultés d’approvisionnement et une stabilisation de la trésorerie, mais un maintien des difficultés de recrutement, nous apprend la Banque de France.

Par Anton Kunin Modifié le 12 janvier 2023 à 10h06
Enquete Conjoncture Banque France
53%53% des chefs d’entreprise interrogés par la Banque de France font état de difficultés de recrutement.

L’activité des entreprises a progressé légèrement en décembre 2022

Globalement, la situation des entreprises françaises s’améliore légèrement fin 2022. La dernière enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France, réalisée entre le 20 décembre 2022 et le 5 janvier 2023, fait ressortir plusieurs constats positifs. Tout d’abord, l’activité a de nouveau progressé dans chacun des trois grands secteurs (l’industrie, les services et le bâtiment), de façon d’ailleurs plus prononcée qu’en novembre 2022. Pour janvier 2023, les chefs entreprise anticipent encore une progression dans l’industrie et les services – néanmoins ralentie – et une quasi-stabilité dans le bâtiment.

Un léger mieux également concernant les difficultés d’approvisionnement : elles reculent à nouveau dans l’industrie (40% des entreprises industrielles les mentionnent en décembre, après 41% en novembre et un pic à 64% en avril) et surtout dans le bâtiment (33%, après 36% en novembre).

Les factures d’énergie, un problème pour 1 entreprise sur 4

La situation de trésorerie des entreprises se stabilise (à un niveau toutefois relativement bas dans l’industrie). Les attentes des chefs d’entreprise vis-à-vis de leur carnet de commandes continuent de se replier, tout en restant au-dessus de leur moyenne de long terme. Mais, bonne nouvelle : les chefs d’entreprise sont davantage optimistes concernant leurs stocks.

Interrogés sur l’impact de la flambée des tarifs d’énergie, un peu moins du quart des entreprises indiquent que leur activité du mois passé a été affectée, une proportion à peu près inchangée depuis octobre 2022. Pour les trois prochains mois, près du tiers des entreprises s’attendent à un impact (faible ou fort) des tarifs d’énergie sur leur activité (40% dans l’industrie).

Aucun commentaire à «Les entreprises se portent légèrement mieux, mais les factures d’énergie continuent de peser»

Laisser un commentaire

* Champs requis