Incertitude financière : La fin de l’année 2022 sera déterminante

Au quatrième trimestre 2022, l’incertitude domine et beaucoup d’entreprises préfèrent rester prudentes.

Tony 1x1
Par Tony Tisconia Modifié le 29 novembre 2022 à 11h32
Entreprise Incertitude Analyse Strategie Tendance
3,2%La croissance mondiale en 2022 est attendue à 3,2%

Cette incertitude est principalement due à la hausse des prix des matières premières et à l'instabilité des supply chain qui alimentent l’inflation, affectant ainsi les dépenses des entreprises. Pour faire face à l'inflation, les banques centrales augmentent leurs taux d'intérêt, entrainant une dette plus lourde et une collecte de fonds plus difficile. Par ailleurs, les tensions géopolitiques actuelles ont également un impact sur les flux commerciaux et l'industrie manufacturière.

Le quatrième semestre donne un aperçu sur la demande en 2023

Ce que l'on ignore, c'est l'ampleur des conséquences de ces facteurs sur la demande. Aujourd’hui, les directeurs financiers cherchent autant que possible à réduire les coûts de leurs dépenses discrétionnaires. Néanmoins, si la demande s'effondre, ils pourraient être amenés à réduire certaines de leurs activités génératrices de revenus dans le but de stimuler la rentabilité au détriment de la croissance. 

Le quatrième trimestre permettra d’avoir un véritable aperçu de la demande prévue en 2023. Les entreprises, en particulier B-to-B, doivent prêter une attention particulière au comportement de leurs clients au cours de ce trimestre. Étant le dernier de l'année, les budgets pour cette période sont généralement fixés longtemps à l'avance. Si les entreprises sont secouées, cela est peut-être dû à la réduction de leurs budgets pour ce semestre, ce qui indique que les trimestres suivants seront également impactés. Si, au contraire, les budgets restent cohérents, cela pourrait être un signe positif indiquant que l'année prochaine, les dépenses demeureront solides.

Jusqu'à ce que les entreprises obtiennent une indication sur la demande, beaucoup d'entre elles sont aujourd’hui coincées dans un mode « attentiste » vis-à-vis de leurs propres plans d'investissement, de dépenses et de production.

La prudence peut s’avérer coûteuse

La période que nous vivons actuellement rappelle beaucoup les débuts de la pandémie. Cette crise a ouvert les yeux des entreprises, anciennes et nouvelles, sur la nécessité d'une plus grande visibilité et d'un meilleur contrôle de leurs finances et de leur supply chain.

Par exemple, si vous connaissez parfaitement votre réseau, la localisation de vos fournisseurs et ce qu'ils vous fournissent, vous pourriez optimiser leur nombre et négocier un meilleur prix. De même, la technologie vous donne un aperçu de la résilience de votre supply chain - si certains partenaires commencent à manifester des signes de difficultés, ou ne parviennent pas à livrer à temps, vous pourrez rapidement vous tourner vers de nouveaux fournisseurs et éviter toute perturbation.

Cependant, la volatilité qui a suivi la crise sanitaire a empêché de nombreuses entreprises de saisir cette opportunité, car un changement significatif demande du temps et des investissements. À une époque où la plupart des entreprises tentent de préserver leur marge de manœuvre et de réduire leurs dépenses, de tels investissements peuvent sembler difficiles à justifier. Mais sans une visibilité totale en temps réel, comment les entreprises peuvent-elles prendre des décisions plus éclairées et intelligentes ? 

Les entreprises modernes ont choisi d’agir, en se concentrant notamment sur leur agilité : en numérisant leurs processus et en maîtrisant leurs données. Ce qui leur permet de prendre des décisions plus stratégiques en termes de dépenses. Dans le même temps, les entreprises plus traditionnelles sont restées prudentes ; elles ont souvent mis en place d'importants systèmes patrimoniaux - dont le remplacement serait coûteux, et ce, malgré les gains d'efficacité qu'ils pourraient avoir en passant des processus manuels à des processus numérisés et automatisés.

L'avenir demeure incertain, mais les entreprises ne peuvent plus se permettre d'être aussi prudentes car elles ne seront pas en mesure de réagir à temps lorsque les conditions macroéconomiques se normaliseront. Elles doivent au contraire se montrer proactives et reprendre le contrôle de leurs finances afin d'acquérir l'agilité dont elles auront besoin lorsque les conditions se stabiliseront.

Tony 1x1

Chief Financial Officer, Coupa Software

Aucun commentaire à «Incertitude financière : La fin de l’année 2022 sera déterminante»

Laisser un commentaire

* Champs requis