Inflation : les produits de Noël toujours chers

Mauvaise nouvelle pour les consommateurs. À l’approche des fêtes de Noël, les prix alimentaires du saumon, du foie gras, ou encore de la volaille ne vont pas baisser. La faute, une nouvelle fois, à l’inflation.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Cédric Bonnefoy Publié le 11 décembre 2023 à 15h30
inflation-produit-stars-noel-hausse
3,4%Au mois de novembre 2023, l'inflation s'élève à 3,4 % sur un an.

L'inflation touche aussi les produits de Noël

La période des fêtes de fin d'année est traditionnellement un moment de réjouissances et de festins. Cependant, cette année, les consommateurs font face à un défi majeur : l'inflation. Malgré les espoirs d'une baisse des prix, Michel-Edouard Leclerc, figure emblématique du secteur de la distribution en France, met en garde contre un optimisme prématuré. Contrairement aux déclarations rassurantes du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, qui proclamait fin novembre une victoire sur l'inflation, il souligne que le combat n'est pas encore fini.

Cette situation affecte directement les produits phares de Noël. Le foie gras, le saumon, et la volaille, indispensables à la table des fêtes, voient leurs prix s'envoler. Leclerc affirme que malgré les efforts pour atténuer l'impact sur les consommateurs, notamment les plus modestes, les prix resteront stables jusqu'à Noël. Une situation qui nécessite une planification judicieuse des achats pour éviter les dépenses excessives.

Des espoirs pour un début d'année plus clément

Heureusement, il y a une lueur d'espoir à l'horizon. Selon les dernières données de l'Insee, l'inflation ralentit en France en novembre, tombant à 3,4 % sur un an après un pic à 4,0 % en octobre 2023. Ce ralentissement, dû en partie à une stabilisation des prix dans les secteurs des services, de l'énergie, et dans une moindre mesure de l'alimentaire et des produits manufacturés, apporte un soulagement bienvenu.

Michel-Edouard Leclerc lui-même anticipe un ralentissement de l'augmentation des prix dans ses enseignes pour l'année prochaine. Les hausses ne devraient pas dépasser 2,3 %. Ces changements devraient commencer à se faire ressentir dans le porte-monnaie des Français dès février ou mars.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Cédric Bonnefoy est journaliste en local à la radio. À côté, il collabore depuis 2022 avec Économie Matin.

Suivez-nous sur Google News Economie Matin - Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités.

Aucun commentaire à «Inflation : les produits de Noël toujours chers»

Laisser un commentaire

* Champs requis