Le gouvernement met plus d’argent pour l’avion bas carbone

Le gouvernement continue de mettre à la main à la poche pour aider le secteur aérien à développer un avion bas carbone d’ici 2030. Il va ainsi investir 435 millions d’euros pour l’année prochaine.

Par Olivier Sancerre Modifié le 13 décembre 2022 à 20h37
Gouvernement Plus Argent Avion Bas Carbone
135 MILLIONSLe gouvernement va allonger de 135 millions d'euros l'enveloppe prévue pour 2023.

L'avion bas carbone sera une réalité en 2030, c'est du moins la promesse de la filière aérienne, soutenue par le gouvernement. Il y a urgence : l'ensemble du secteur produit de 2 à 3% de l'ensemble des émissions mondiales de CO2. Et ça n'ira pas en s'améliorant puisqu'on prévoit 10 milliards de passagers en 2050, le double du niveau de 2019, ce qui représente d'autant plus de CO2. L'Association internationale du transport aérien (IATA), qui regroupe la quasi-totalité des compagnies aériennes, s'est engagée sur une réduction à zéro des émissions nettes de CO2 d'ici 2050. Cela va nécessiter de lourds investissements, et le gouvernement français veut être au rendez-vous.

Rallonge du budget pour l'avion bas carbone

En début d'année, devant le Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac), qui regroupe l'État et les industriels, les pouvoirs publics ont annoncé une enveloppe de 800 millions d'euros pour l'avion bas carbone en 2030. De cette enveloppe, 300 millions ont été investis en 2022, 300 millions en 2023 et 200 millions en 2024. Clément Beaune a annoncé une rallonge pour 2023 : lors d'une réunion avec la filière à Toulouse, le ministre délégué aux Transports a indiqué que le budget allait passer de 300 à 435 millions, soit 135 millions de plus.

100% des avions d'Airbus voleront avec des carburants verts

La programmation de cet argent est « en cours de définition avec la filière », a précisé le ministère. Le secteur a d'ores et déjà commencé le développement de cet avion bas carbone. Airbus planche ainsi sur un avion à hydrogène, et le constructeur a promis que tous ses avions fonctionneront avec des carburants verts d'ici 2030. L'industriel Safran travaille sur des équipements électriques qui pourront équiper les avions de ses clients. S'il y a encore beaucoup de travail à accomplir, le secteur a pris le taureau par les cornes pour devenir de meilleurs citoyens de la planète.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Le gouvernement met plus d’argent pour l’avion bas carbone»

Laisser un commentaire

* Champs requis