Loi immigration : les patrons potentiels délinquants ?

La nouvelle « loi immigration » a comme socle l’entreprise avec la menace coutumière de l’amende (cette fois de 4000 euros pour emploi illégal et 8000 si récidive).

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Sophie de Menthon Modifié le 22 décembre 2022 à 7h02
Salarie Illegal Patron Immigration Reforme Loi
1339 EUROSLe nouveau montant du SMIC revalorisé à partir de janvier 2023 sera de 1339 euros.

Certes, il convient de lutter contre l’emploi non déclaré, ce qui n’est pas pareil que l’emploi « illégal » car l’illégalité est promue par l’Etat dans la mesure où, pour obtenir des papiers, il faut 24 feuilles de salaires !

Cette fois, les patrons devront prendre sur le temps de travail de leurs salariés pour que ceux-ci apprennent le français (facile !). Par ailleurs, il faut arrêter de prétendre que ces salariés étrangers sont sous-payés : ils sont soumis à minima au SMIC et au code du travail comme tous les autres, avec les mêmes droits. « Nous cherchons des gens qui veulent et peuvent travailler et nous les traitons convenablement ! » revendique le mouvement ETHIC. Par ailleurs, ne confondons pas « permis de séjour » lié au travail, et régularisation complète.

On peut aussi considérer que cette loi est un simple habillage ? Car on ne touche pas aux sujets fondamentaux qui eux dépendent des missions régaliennes de l’Etat. Quid du regroupement familial ? Quid des expulsions ? Quid du laxisme et de la lenteur de la justice ? Rien de précis ni de concret sur les moyens. Or, aujourd’hui tout se tient.

« Oui, les patrons sont prêts, et c’est déjà le cas, à former et donner des CDI à des gens qui veulent travailler et dont dépend la survie de leurs entreprises » ajoute Sophie de Menthon, Présidente d’ETHIC.

Mais, on est sur la bonne voie et l’entente entre le Ministre de l’Intérieur et le Ministre du Travail est une excellente nouvelle. Il nous reste à demander à Bruno le Maire d’oublier un peu amendes, punitions et menaces envers les chefs d’entreprise : c'est vrai dans presque tous les projets de lois et décrets.

Et l'État patron, que fait-il en matière de gestion sociale ? Fait-il marcher convenablement le train ou l'hôpital ? Ses salariés sont-ils contents ? Cela pourrait être un objectif d’amélioration avec des mesures concrètes dont l’entreprise, sur certains points, pourrait être le modèle ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Sophie de Menthon est la présidente du mouvement patronal Ethic. Elle est également membre du conseil économique et social (CESE), et auteur de nombreux ouvrages pédagogiques ou de vulgarisation pour la jeunesse.    http://www.sophiedementhon.fr/

1 commentaire on «Loi immigration : les patrons potentiels délinquants ?»

  • emploi non déclaré .REcemment un grand cuisinier a fait passer un CAP a un étranger sans papier .IL l’a nourri,loger en toute illégalité .Et au lieu de lui faire un controle fiscal on le mets sur un pied d »estal en faisant un reportage télévisé sur lui

    Répondre
Laisser un commentaire

* Champs requis