Marché automobile : 2022, année noire pour le neuf… et l’occasion

Le marché automobile français a souffert en 2022. Malgré l’entrée en vigueur de plusieurs Zones à Faibles Émissions (ZFE) dans les villes de France, les automobilistes ont bien moins changé de voiture. Et ce, que ce soit pour les modèles neufs… ou pour le marché de l’occasion. Les deux reculent, et 2023 ne commence pas sous les meilleures augures.

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 2 janvier 2023 à 10h52
Marche Automobile 2022 Chiffres Neuf Occasion
7,83%Les ventes de voitures neuves ont baissé de 7,83% en 2022.

Le marché automobile neuf recule en 2022

Effet de l’inflation, attentisme concernant les nouveaux modèles, arrivée de l’électrique… les raisons sont nombreuses. En 2022, en tout cas, selon les données de PFA (la Plateforme Automobile), le marché a reculé. Les ventes sur l’ensemble de l’année ont chuté de 7,83% en 2022 par rapport à 2021. Et cette année-là n’avait pas été un record, loin de là.

2021 aurait déjà dû être l’année du rebond, après l’année 2020 marquée par la pandémie et les fermetures des concessions. Il n’en avait été rien. 1,659 million de voitures neuves avaient été vendues en 2021, contre 2,2 millions en 2019.

Un coup dur pour le secteur, qui espérait se rattraper en 2022. Pas de confinements, une pandémie mieux contrôlée… mais l’inflation et la guerre en Ukraine. Résultat : en 2022 le marché rechute. Selon la Plateforme Automobile, 1,529 million de voitures neuves ont été vendues sur l’année.

Et les ventes d’occasions ne compensent pas la baisse

On pourrait penser que les Français ont plutôt opté pour des voitures d’occasion, pour faire des économies. Mais 2022 aura été un annus horribilis également pour ce secteur. Si elles continuent de représenter près de trois fois plus de vente qu’en neuf, les voitures d’occasion ont déçu. Les ventes sont également en baisse.

Une baisse à relativiser : en 2021, le marché signait un record historique. Plus de 6 millions de véhicules d’occasions étaient écoulés. Néanmoins, en 2022, la chute est considérable : 13% de moins. Seulement 5,26 millions de modèles d’occasion ont été vendus en France, selon l’Argus et NGC Data.

La raison principale de cette baisse ? Le prix. Face aux difficultés des industriels à fabriquer les modèles neufs, sur fond de pandémie, de guerre et de pénuries, les prix des occasions ont flambé. +13,7%, selon Autoviza, à 22.356 euros pour un modèle de moins de 8 ans.

2023 : le marché automobile va-t-il se retourner ?

L’année 2023 pourrait changer la donne, mais les incertitudes sont légion. D’un côté, la pénurie de semi-conducteurs et donc les difficultés de fabrication devraient être moindres, voire s’estomper. La Chine, en outre, a cessé sa politique Zéro Covid qui causait des disruptions dans la chaîne logistique, mais avec pour conséquence une explosion des cas.

Du point de vue de l’offre, le 100% électrique devrait se développer, plusieurs modèles sont annoncés et attendus. Mais avec des prix en moyenne plus élevés que pour les motorisations thermiques. Ce qui, en période de forte inflation, a de quoi refroidir les acheteurs.

Car les prix à la consommation continueront de grimper : l’Insee prévoit le pic inflationniste à 7% en janvier ou février 2023 pour la France. De quoi, peut-être, faire la part belle au marché de l’occasion qui profitera pleinement de tarifs plus attractifs. Si les Français ne décident pas de tout simplement attendre...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Marché automobile : 2022, année noire pour le neuf… et l’occasion»

Laisser un commentaire

* Champs requis