Doctolib annonce bannir les naturopathes de sa plateforme

Le leader de la prise de rendez-vous médicaux accueillait sans distinction les professionnels de la santé : des médecins généralistes aux spécialistes, en passant par les psychologues ou encore… les naturopathes et les hypnothérapeutes.

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 1 novembre 2022 à 11h48
Naturopathes Doctoilib Bannissement Sante Plateforme
129 EUROSDoctolib fait payer les praticiens 129 euros par mois pour l'utiliser.

Or, la présence de ces « professionnels du bien-être » avait créé la polémique, certains étant proches des mouvances antivax voire de certaines sectes.

Les naturopathes seront bannis de la plateforme Doctolib

Ils sont largement minoritaires, environ 6.000 sur les plus de 150.000 professionnels de santé référencés par Doctolib, mais ils sont au centre de critiques majeures, en tout cas pour les plus radicaux d’entre eux. En août 2022, la polémique avait éclaté, et Doctolib l’avait tuée dans l’oeuf annonçant a minima d’étudier la question des naturopathes et des autres professionnels à l'activité non réglementée.

Mercredi 26 octobre 2022, le couperet est tombé. « Nous avons organisé avec notre Comité médical une consultation de 40 acteurs durant 6 semaines : Conseils Nationaux des Ordres de santé, syndicats de professionnels de santé, représentants des praticiens exerçant des professions de bien-être, associations de patients, collectifs d’experts, Miviludes, France compétences et autorités sanitaires », explique Doctolib dans son communiqué de presse.

Résultat des courses : les « professionnels du bien-être » ne pourront plus utiliser la plateforme pour organiser et prendre leurs rendez-vous. Doctolib juge qu’elle est reconnue « comme un tiers de confiance dans la santé » et se doit donc de « fournir une information objective et vérifiée sur les professionnels présents sur notre site ».

Quels professionnels seront bannis de Doctolib mi-2023 ?

La plateforme a décidé de laisser le temps aux professionnels en question pour se réorganiser, puisque leur bannissement de la plateforme va les empêcher de l’utiliser pour gérer la prise de rendez-vous. Le délai accordé est de six mois, ce qui laisse entendre un bannissement aux alentours d’avril-mai 2023. Reste à savoir, pour les professionnels en question, s’ils pourront trouver d’autres plateformes pour les accueillir ou si les concurrents de Doctolib vont suivre la même ligne directrice (pour évier à leur tour la polémique).

Quant à savoir quels professionnels seront, et non, référencés par Doctolib, c’est simple : seuls ceux dont le site est « en capacité de vérifier le droit d’exercice au moyen notamment d’un numéro RPPS ou ADELI » pourront l’utiliser.

Le numéro RPPS est attribué aux professionnels de la santé, notamment les médecins, chirurgiens ou encore pharmaciens et infirmiers. Le numéro ADELI, de son côté, est attribué aux autres professionnels de santé dont la profession est réglementée par le Code de santé publique : les psychologues, les ostéopathes, les orthopédistes ou encore certains diététiciens (si salariés d’une structure). La liste complète est facilement identifiable auprès des Agences Régionales de Santé (ARS) et sur Internet.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

1 commentaire on «Doctolib annonce bannir les naturopathes de sa plateforme»

  • Cette analyse de Paolo Garoscio omet le facteur de hausse majeur, la spéculation. Les producteurs de tous les biens ont compris que la demande détermine le niveau des prix. Il suffit, donc, de réduire l’offre en période de demande élevée pour provoquer une hausse des prix irrationnelle. Tous les produits sont concernés. Ceci est la cause de l’inflation qui déferle sur les économies occidentales bien plus que la guerre. C’est la spéculation qui devrait être combattue avec vigueur.

    Répondre
Laisser un commentaire

* Champs requis