5G : Orange et SFR attaqués pour leurs offres commerciales « douteuses »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 24 décembre 2020 à 9h29
Orange 5g 18 Novembre 1
2,8 MILLIARDS €Les enchères pour les fréquences 5G ont rapporté 2,8 milliards d'euros à l'État.

Les opérateurs ont lancé en grande pompe leurs nouvelles offres 5G permettant de bénéficier du nouveau réseau mobile de cinquième génération qui offre des débits internet bien supérieurs au précédent. Mais pour l’association CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie), ces offres sont pour le moins « douteuses ». Elle a donc annoncé saisir la justice.

Un manque de transparence des opérateurs sur les offres 5G

Dans un communiqué de presse publié le 23 décembre 2020, l’association CLCV rappelle une fois de plus que, sur la 5G, « il est urgent d’attendre ». Une patience qui risque d’être mise à rude épreuve car les publicités pour les offres 5G des opérateurs se multiplient, ces derniers voulant à tout prix vendre le plus de forfaits possibles, notamment pour compenser les investissements et l’achat des fréquences.

Mais la CLCV pointe du doigt les pratiques marketing des opérateurs, en particulier Orange et SFR. Selon elle, ils ne sont pas assez transparents au niveau de l’information précontractuelle « délivrée aux consommateurs ».

Elle estime que « l’utilisation du terme 5G, dans des communications nationales, comporte une dimension marketing certaine ». En l’occurrence, l’association rappelle qu’il faut, pour bénéficier de la 5G, avoir un smartphone compatible (et donc en acheter un nouveau si ce n’est pas le cas) et « se trouver dans une ville où le réseau 5G est disponible ». Or, la France ne sera couverte en 5G à 100% qu’en 2030.

Les consommateurs fortement invités à attendre avant de prendre des forfaits 5G

Autre pratique pointée du doigt par la CLCV : le retour des forfaits avec engagement minimum qui est « une mauvaise nouvelle pour le consommateurs qui ne pourra plus faire jouer la concurrence ». Quasiment disparus avec la généralisation de la 4G, ces forfaits avec engagement minimum impliquent en effet le paiement de pénalités si on veut changer d’opérateur avant la fin de la période fixée par le contrat. Le consommateur ne peut donc pas bénéficier d’offres spéciales ou de nouveaux forfaits. « Le consommateur a donc tout intérêt à ne pas se précipiter pour souscrire un forfait 5G », écrit la CLCV.

L’association demande, par le biais de cette action en justice, plus de clarté dont « l’obligation pour chaque message publicitaire de contenir une mention claire et distincte sur le fait que la 5G est en déploiement progressif et que donc tout le territoire n'est pas couvert » et « un renvoi systématique vers les cartes de couverture précises et actualisées » comportant « l’indication des débits moyens observés ».

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis