Taxe à 75 % : imposera, imposera pas ?

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 24 janvier 2013 à 14h04

Cette information aurait pu avoir, ce matin, l'effet d'une véritable bombe pour le gouvernement mais, très étonnamment, elle est quelque peu passée sous silence !

Selon Europe 1, le projet de taxation à 75 % des revenus supérieurs à un million d'euros aurait été abandonné "en haut lieu", entendez par là, par François Hollande lui-même. Initialement prévue pour fin janvier, février au plus tard, la promesse phare du candidat Hollande pendant sa campagne, retoquée une première fois par le Conseil constitutionnel, tomberait finalement dans les limbes.

Toujours selon les informations d'Europe 1, cet abandon trouverait plusieurs obstacles. Tout d'abord elle serait trop complexe, impacterait trop de monde quant à l'impôt sur le revenu, et exclurait trop d'entreprises quant à leur taxation à la source. Son abandon serait aussi une décision éminemment politique.

Alors que le projet jouissait dans les rangs socialistes d'un pouvoir symbolique fort, depuis l'affaire des "pigeons", de Bernard Arnault, de Gérard Depardieu (et la liste n'est surement pas terminée), le monde des affaires n'est pas au calme. Les riches de ce monde verront peut être dans ce recul gouvernemental une volonté d'apaiser les tensions…

D'après les studios de la rue François 1er, le mot d'ordre, pour l'instant, serait de laisser s'éteindre doucement le projet. Mais difficile de passer inaperçu alors que ce projet fiscal a déjà tellement fait couler d'encre et épanché les passions.

Pour l'instant Matignon et l'Elysée démentent formellement que ce soit dans l'entourage de François Hollande, ou de Jean-Marc Ayrault. Selon les services gouvernementaux, "le nouveau projet devrait être présenté prochainement."

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis