Afghanistan, plus dure sera la chute

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Nicolas Cotto Modifié le 4 janvier 2022 à 11h40
Afghanistan Taliban
10 milliards de dollarsRéserves gelées par les Etats-Unis

L’arrêt brutal du financement de l’aide étrangère en Afghanistan, qui fournissait 40% des recettes du gouvernement et plus de 75% des dépenses publiques, a paralysé la plupart des activités bancaires et commerciales du pays, et laissé de nombreuses personnes sans emploi ou sans salaire.

Alors qu’un nouvel hiver très dur s’annonce, après des mois d’une sécheresse prolongée, les Nations-Unies et certaines des plus grandes institutions financières internationales ont averti solennellement que les interdictions d’échanges économiques avec les talibans, et le gel des 10 milliards de dollars de réserves étrangères de l’Afghanistan, dont la plupart sont détenus aux États-Unis, ont conduit le pays au bord de la catastrophe.

D’après Martin Griffiths, sous-secrétaire de l’ONU pour les affaires humanitaires, « l’économie afghane est en chute libre et risque d’entraîner avec elle la totalité de la population. » Et d’ajouter que la réponse humanitaire est cruciale mais loin d’être suffisante. Il a également appelé à un « financement plus flexible » des dons, qui pourrait être utilisés pour payer les salaires des travailleurs du secteur public et soutenir les services de base, notamment la santé, l’éducation, l’électricité et le traitement de l’eau potable.

De nombreux législateurs américains, ainsi que d’anciens hauts responsables militaires et diplomatiques ayant servi en Afghanistan, se sont joints aux Nations-Unies et aux organisations humanitaires pour demander des changements dans la politique de restriction mise en place par le gouvernement de Joe Biden.

Comme bon nombre d’autres pays occidentaux, les États-Unis avaient condamné la prise de pouvoir des talibans au mois d’août dernier et exigé de ce dernier qu’il garantisse les droits de tous les Afghans et coupe ses liens avec les organisations terroristes comme Al-qaida.

L’administration de Joe Biden semble avoir tendu l’oreille aux voix onusiennes. Le département du Trésor américain a délivré de nouvelles autorisations afin d’assouplir les sanctions concernant l’aide à l’Afghanistan. Le secrétaire d’État, Anthony Blinken, a déclaré que le gouvernement « recherchait des moyens pour injecter plus de liquidités dans l’économie afghane sans que cela puisse profiter directement aux talibans. »

Ces nouvelles mesures autorisent les envois de fonds non commerciaux à des particuliers en Afghanistan, ainsi que l’exportation de biens et de services.

De leur côté, les Nations-Unies ont demandé une aide au Trésor américain afin d’étendre un programme mis en place en octobre dernier et permettant de payer directement les salaires de dizaines de milliers de travailleurs de la santé, sans passer par le biais du gouvernement actuel.

Pour le moment, l’administration américaine n’envisage pas de dégeler les fonds de réserve afghans bloqués aux États-Unis. Ces derniers auraient été saisis par les tribunaux fédéraux dans le cadre des enquêtes sur les attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste