Aide alimentaire : le Secours catholique constate une hausse des demandes

Par Anton Kunin Publié le 19 novembre 2021 à 7h27
Disparition Pauvrete Dons Riches
20%Le nombre de bénéficiaires d'aide alimentaire aurait augmenté de 15% à 20% entre 2019 et 2020.

La crise sanitaire a accentué les précarités qui lui préexistaient. Témoignage fort de ce phénomène, au sein du réseau du Secours catholique les demandes d’aide alimentaire ont augmenté en 2020.

Jusqu’à 10% de la population française auraient recours à l’aide alimentaire

Preuve que la France a du mal à résorber la pauvreté, les demandes d’aide alimentaires ne diminuent pas au sein du Secours catholique, en 2020 ils n’ont fait qu’augmenter. Dans son dernier rapport statistique annuel sur État de la pauvreté en France, publié le 18 novembre 2021, cette association estime qu’en 2020, 7 millions de personnes auraient eu recours à l’aide alimentaire, soit près de 10% de la population française. Cela correspond à une augmentation de 15 à 20% par rapport à 2019 et à un doublement du budget alloué par l’État.

Cela, après déjà une note d’information au Sénat, qui nous apprenait que le nombre d’attributaires de l’aide alimentaire avait déjà plus que doublé en moins d’une décennie, passant de 2,6 millions en 2009 à 5,5 millions en 2017. Et cela, avant même l’épidémie de Covid-19.

Les personnes qui demandent le plus souvent l’aide alimentaire sont les 15-35 ans

Au sein du réseau du Secours catholique, les demandes d’aide alimentaire avaient affiché une diminution de 8 points entre 2010 et 2019, puis ont augmenté de 4 points en 2020. En 2020, les demandes d’aide alimentaire ont été formulées par 54% des ménages accueillis. Elles ont le plus souvent été les seules demandes exprimées.

Entre 2019 et 2020, la demande d’aide alimentaire a augmenté au sein de toutes les catégories d’âge, et plus particulièrement chez les moins de 25 ans, au sein desquels elle a augmenté de 6 points en une année. Les personnes rencontrées âgées de 15 à 35 ans sont en 2020 celles qui expriment le plus souvent cette demande (56%, contre 46% pour les 65 ans et plus). La moitié des ménages accueillis en 2020 disposaient de moins de 9 euros par jour et par personne, et un quart de moins de 4 euros pour couvrir leurs dépenses dites arbitrables, et en premier lieu l’alimentation.

Laisser un commentaire

* Champs requis