Carburants : Vers des aides moins élevées mais pour plus de Français ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 11 juillet 2022 à 11h24
Indemnite Carburant Octobre 1
18 CENTIMES €La baisse de 18 centimes d'euro le litre de carburant est maintenue jusqu'à la Rentrée 2022.

Pour ce qui est des trajets estivaux, les Français sont fixés depuis plusieurs semaines : la ristourne de 18 centimes d’euro le litre sur les carburants restera en vigueur jusqu’à au moins la Rentrée 2022. Elle devrait se réduire de manière progressive et s’arrêter à la fin de l’année. Mais ensuite ? Le gouvernement prépare des aides « plus ciblées ». Et déjà la question de l’assiette des bénéficiaires fait débat.

Les « classes moyennes » seront-elles bénéficiaires des aides sur les carburants ?

Face à l’augmentation du prix du plein, le gouvernement a maintenu l’idée de conserver des aides pour les Français, et notamment les travailleurs qui prennent la voiture tous les matins. Des aides qui se veulent « plus ciblées », mais dont la cible commence à être floue.

Invité sur LCI, dimanche 10 juillet 2022, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a déclaré que « c’est important d’aider les classes moyennes ». Les classes qui, selon lui, « font tourner la nation » et qui ne peuvent faire autrement que d’utiliser la voiture pour aller au travail. Ainsi, il estime nécessaire que ces ménages bénéficient également de l’aide sur les carburants qui est dans les cartons de l’exécutif.

Le ministre de l’Économie donne même deux profils : « une femme seule qui est avec deux enfants » et qui « touche 3.000 euros de revenus par mois » ou encore un couple avec deux enfants « dont chacun gagne 1.800 euros ». Des profils bien loin du couple avec deux enfants dont les deux parents sont au SMIC.

Plus de bénéficiaires… et donc moins d’aides au final

Cette proposition de Bruno Le Maire, qu’il se dit « ouvert » à discuter avec les députés, risque néanmoins de se heurter à la question du budget prévu pour ces mesures. Pas encore totalement chiffrées, ces mesures devraient coûter plusieurs milliards d’euros à l’État. Moins que maintenir la ristourne de 18 centimes sur le litre, certes, mais une dépense supplémentaire sur fond de hausse des taux d’emprunt et d’explosion de la dette.

En élargissant l’assiette des bénéficiaires, à périmètre budgétaire constant, cela va conduire à devoir baisser le montant des aides pour celles et ceux qui en sont les bénéficiaires premiers, les ménages les plus pauvres.

De quoi annoncer des tensions lors des débats et des votes, alors que la mesure ne fait déjà pas l’unanimité : une partie des parlementaires aurait voulu une baisse de la fiscalité (et en particulier de la TVA) sur les carburants, mesure jugée trop coûteuse et mal ciblée.

Aides pour les carburants : des SMS pour prévenir les bénéficiaires

Si rien n’est acté, les bénéficiaires des aides ne devraient toutefois pas rater leurs nouvelles aides : ils seront prévenus par SMS, souligne Bruno Le Maire le 10 juillet 2022 sur LCI. « C'est la direction générale des Finances publiques, à ma demande, qui va envoyer des sms, envoyer des mails aux gens qui ont droit à cette indemnité. »

Objectif : limiter le risque que des ménages n’ayant pas l’habitude de toucher des aides du fait de leur situation ratent le coche de ce petit coup de main pour leurs trajets du quotidien.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis