Pouvoir d’achat : prime transport doublée et aides élargies pour le vélo

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 28 juillet 2022 à 9h05
Comment Choisir Son Velo
18 CENTIMES d'eurosLa baisse de 18 centimes d'euro le litre de carburant est maintenue jusqu'à la Rentrée 2022.

Le pouvoir d’achat des Français est fortement touché par la hausse du coût des carburants qui frappe directement le portefeuille des salariés qui se rendent au travail. Pour tenter d’alléger cette facture quotidienne, plusieurs mesures ont été votées : la prime transport est doublée, tandis que les aides pour les vélos électriques sont élargies. Explications.

Prime transport : jusqu’à 400 euros pour les salariés

Les salariés qui profitent d’une prime transport de la part de leur entreprise seront ravis : le plafond est fortement augmenté. Dans la nuit de mardi 26 à mercredi 27 juillet 2022, dans le cadre des discussions portant sur la loi Pouvoir d’achat, les députés ont suivi une demande de la Première ministre, Élisabeth Borne. Ils ont augmenté le plafond de la prime transport que peut verser l’employeur.

Ainsi, cette prime, annuelle, va passer de 200 à 400 euros, soit un peu moins de 40 euros par mois (ce qui ne suffit généralement pas à faire ne serait-ce qu’un plein). Mais c’est un gain substantiel pour le ménage. D’autant plus que l’assiette des bénéficiaires potentiels est élargie : la précédente version de cette prime ne prévoyait en effet la possibilité de la verser qu’aux salariés contraints de prendre la voiture plutôt que les transports en commun.

Vélo électrique : plus d’aides à l’achat de la part de l’État

Autre mesure visant à faciliter le quotidien des Français : un élargissement et un renforcement des aides pour les vélos à assistance électrique (VAE). Cette fois, ce n’est pas la loi Pouvoir d’achat mais la loi de finance rectificative pour 2022 qui prévoit la réforme.

Le montant a été relevé : de 200 euros, l’aide pourra atteindre 300 euros par ménage. Et même plus : jusqu’à 400 euros pour les ménages dont les revenus sont inférieurs à 1.350 euros par mois (deux premiers déciles). Pour ce faire, ce ne sont pas moins de 5 millions d’euros qui ont été débloqués.

Une manière, pour le gouvernement, d’inciter à la « mobilité douce », notamment dans les agglomérations : opter pour le vélo électrique plutôt que la voiture ou le scooter permet de réduire les émissions de carbone sans forcément faire la même quantité d’efforts que les vélos classiques.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis