Air France : un plan de départs volontaires ouvert à tous

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Elisabeth Guedel Modifié le 21 mai 2012 à 7h14

Eco Digest du 21 mai 2012 (1) – Nouveau tour de vis chez Air France : selon le Figaro, 5.000 emplois seront supprimés d’ici à 2015. Il ne s’agira pas de licenciements secs mais de départs volontaires et des départs naturels de salariés non remplacés. Plus de 4.000 postes ont déjà été supprimés dont 1.800 départs volontaires ces 3 dernières années. Mais, cette fois, le nouveau plan serait ouvert à toutes les catégories de personnel de la compagnie aérienne, y compris les pilotes. Certains d’entre-eux pourraient ne pas attendre la retraite à 65 ans (57 ans chez KLM) et profiter du package de départ pour quitter la compagnie aérienne.

En perte de vitesse face à ses concurrents British Airways-Iberia et Lufthansa, Air France cherche à réduire ses coûts de 20 % (hors carburants) sur les 3 prochaines années. Les détails pour y arriver devraient être dévoilés jeudi. La piste d’une augmentation du temps de travail est également évoquée. En attendant, direction et syndicats poursuivent les discussions.

- En Allemagne, le principal syndicat de l’industrie, IG Metall, a lui réussi à obtenir une hausse des salaires de 4,3 %, la plus importante depuis 20 ans. 3,6 millions de salariés devraient donc voir la différence sur leur feuille de paie dès la fin du mois. L’accord concerne plusieurs secteurs dont l’automobile. Il s’appliquera notamment chez Volkswagen, BMW et Daimler. Selon les économistes, il était devenu urgent pour l’Allemagne de revoir les salaires à la hausse (dans le public, un accord a également été conclu fin mars), notamment pour relancer la consommation des ménages. Ces 5 dernières années, les salaires n’avaient augmenté que de 1 % outre-Rhin, contre 2,7 % dans l’ensemble de la zone euro. L’heure de l’austérité a sonné depuis longtemps en Allemagne...

- On n’a pas fini d’en parler. L’introduction en bourse décevante de Facebook suscite de nombreux commentaires depuis vendredi. L’action FB, introduite à 38 dollars sur le Nasdaq, n’a terminé la séance qu’à 38,23 dollars, soit 0,6 % de plus. Et selon les Echos, c’est à Morgan Stanley, la banque choisie par Mark Zuckerberg pour mener à bien cette entrée en bourse, que l’on doit ce micro gain. La banque aurait dépensé des milliards de dollars pour soutenir le titre en achetant des actions (elle en a le droit). Le titre FB sera surveillé de très près ce lundi sur le marché new-yorkais. Au Nasdaq, on croise les doigts pour que la séance se passe mieux que celle de vendredi, qui a connu des dysfonctionnements et une cotation retardée de 45 minutes.

Et toujours du côté de la Silicon Valley, Yahoo! et le groupe internet chinois Alibaba auraient finalement réussi à trouver un accord. Yahoo! cherchait à revendre les 42 % qu'il détenait d'Alibaba mais les discussions n'avaient jamais rien donné. L'entreprise chinoise accepterait finalement de racheter la moitié des parts pour 7,1 milliards de dollars (5,5 milliards d'euros). Pour l'autre moitié, on verra plus tard. C'est le patron du fonds Third Point, l'un des principaux actionnaires de Yahoo!, qui doit être satisfait : Daniel Loeb, en désaccord profond avec la direction chinoise, a toujours voulu se désengager d'Alibaba. Décidément, Daniel Loeb fait le ménage en ce moment... pour mémoire, c'est lui qui a réussi à faire partir Scott Thompson de la direction de Yahoo! pour mensonges sur CV.


Aucun commentaire à «Air France : un plan de départs volontaires ouvert à tous»

Laisser un commentaire

* Champs requis