Amazon France contraint de limiter son activité

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 15 avril 2020 à 12h14
Amazon Coronavirus Livraison
1 millionEn cas de non-respect des restrictions, Amazon pourrait avoir à payer 1 millions d'euros par jour.

Amazon doit cesser de livrer tout et n’importe quoi à ses clients. Ou plus exactement, se limiter à la seule vente et livraison de produits d'hygiène, de soins, ou encore, alimentaires...

Amazon limité aux produits essentiels

C’est une décision de Justice tombée hier qui impose à Amazon ce régime plus que sec. Avec à la clef une astreinte de 1 million d’euros par jour, si le leader du e-commerce ne respecte pas les restrictions qui lui sont imposées.

À l’origine de cette décision, une intersyndicale de salariés de l’entreprise, qui estime que la sécurité des salariés n’est pas suffisamment assurée par le géant américain. Le tribunal leur a donné raison, mais n’a pas pour autant ordonné la fermeture des entrepôts. Soyons clairs : ll n’y a pas lieu de se réjouir de cette mise à l’arrêt forcé du numéro 1 du e-commerce français.

Une seule entreprise concernée

Depuis un mois, il a permis à des millions de ses clients de trouver l’article dont ils avaient besoin, et qu’ils ne pouvaient pas se procurer ailleurs, ou difficilement. La décision est d’autant plus absurde qu’elle ne concerne qu’une seule entreprise : ses concurrents e-commerçants ne sont pas, pour l’instant, concernés par cette décision.

Evidemment, la crise que nous traversons donne un avantage majeur, pour ne pas dire indécent, aux cybermarchands. Mais ce n’est pas en empêchant ceux qui peuvent encore travailler de le faire que l’on pourra relancer l’activité économique. Maintenant, il y a fort à parier qu’Amazon fera appel et donnera des gages de sécurité à la Justice et à ses salariés. En attendant. si vous avez des commandes en attente, elles devraient normalement arriver : la décision de justice n’est pas rétroactive.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).