Apple accusé de favoriser Apple Pay au détriment des concurrents

Par Anton Kunin Modifié le 3 mai 2022 à 7h49
Apple Pay Lancement Las Vegas
71,8%Dans l'Union européenne, l'iPhone a une part de marché de 71,8%.

La Commission européenne vient de boucler son enquête préliminaire pour savoir si Apple a fait obstacle à la concurrence en réservant l’usage de la puce NFC de ses iPhone à sa solution de paiement sans contact « maison », Apple Pay. Et la réponse est « oui ».

Pour la Commission européenne, la fermeture du paiement sans contact aux développeurs tiers constitue une entrave à la concurrence

Apple n’aurait pas dû empêcher l’arrivée sur les iPhone d’applications de paiement sans contact alternatives à Apple Pay, a estimé la Commission européenne au terme d’une enquête préliminaire. En effet, les iPhone sont programmés de façon à ne permettre qu’à l’application Apple Pay l’usage de la puce NFC pour réaliser des paiements sans contact. Résultat : malgré toute leur bonne volonté, aucune autre application de paiement ne peut proposer le paiement sans contact sur les iPhone… à la différence des smartphones Android, où de telles restrictions n’existent pas.

Selon Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence et vice-présidente exécutive de la Commission européenne, « l’investissement [dans le développement d’une application] s’avère intéressant uniquement lorsque les développeurs peuvent atteindre tant les clients d’Apple que ceux possédant un smartphone Android. Nous avons la preuve comme quoi certains développeurs n’ont pas mené leurs projets jusqu’au bout car ils n’avaient pas la possibilité de déployer leurs applications sur les iPhone ».

Avec le Digital Markets Act, Apple devra de toute façon revoir ses pratiques

Margrethe Vestager a également balayé l’argument d’Apple comme quoi l’ouverture de cette solution technologique à des applications tierces poserait un risque de sécurité pour les utilisateurs. « À ce jour, notre enquête n’a pas permis de mettre en évidence un plus grand risque en matière de sécurité. Bien au contraire, la conduite d’Apple ne saurait être justifiée par des considérations de sécurité », a-t-elle fait valoir.

Avec l’entrée en vigueur prochaine du Digital Markets Act, la donne va de toute façon changer pour Apple. Cette directive empêchera les entraves à la concurrence dans le secteur des services numériques : si Apple veut continuer à proposer ses services numériques dans l’Union européenne, il devra faire sauter tous les verrous – non seulement en matière de paiement sans contact mais aussi en matière d’accès pour les utilisateurs d’iPhone aux magasins d’applications alternatifs (et pas uniquement à l’App Store).

Aucun commentaire à «Apple accusé de favoriser Apple Pay au détriment des concurrents»

Laisser un commentaire

* Champs requis