Assurance vie, danger !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Charles Sannat Publié le 21 septembre 2016 à 10h04
Assurance Vie Epargne Argent Fiscalite Gains Interets
1400 MILLIARDS €Les Français détiennent 1 400 milliards d'euros d'épargne sur des livrets assurance-vie

La une du journal Investir actuellement en kiosque doit vous faire réfléchir ! Encore une fois de plus cette semaine, ce n’est pas moi qui le dis !!

« Assurance vie, danger ! »

Je vais vous passer le classique « je vous l’avais bien dit », bien que je n’en pense pas moins !

Au moins, ma femme ne me dit désormais plus rien sur ce qu’elle appelait avant « ma lubie » sur les assurances vie – ou ma marotte, peu importe : elle trouvait que je faisais une « fixation » alors que tout allait bien. D’ailleurs, même notre glandu élyséen au poil brillant et soyeux (à 10 000 euros de coiffeur par mois) le disait lui-même, la « reprise est là »…. J’en rigole encore.

Bref, maintenant que tout le monde dit ce que je disais, à savoir que les assurances vie vont avoir de méchants gros problèmes, il nous faut garder un temps d’avance mes amis et voir ce qu’il va se passer… après !

Bon, j’espère que vous avez compris l’idée et le concept de l’assurance vie dont les fonds euros ne sont en réalité que des obligations, donc des titres de dettes. En clair, vous n’avez pas de sous sur votre contrat ! Vos sous ont été prêtés ! Et c’est ce prêt qui vous donne du rendement… enfin, vous donnait, parce qu’avec les taux proches de zéro, c’est pas terrible le rendement actuellement. Cela veut dire que pour récupérer vos sous, il faut vendre des titres de dette. Si personne n’en veut, « vous pas avoir argent » ! Voilà, c’est assez simple.

Alors que va-t-il se passer après ?

Eh bien comme dans toutes les crise de dette, ceux qui ont prêté vont se faire couillonner car ils ne seront pas remboursés, ou en monnaie de singe.

Pour ne pas se faire avoir, il va falloir avoir le courage de sortir ses sous AVANT de ne plus pouvoir les sortir… c’est-à-dire maintenant !

Alors vous allez me dire, « mais pour le moment tout va bien »… Eh oui, justement, pour se prémunir d’un risque, il faut prendre les décisions en anticipant, tant que tout va bien, parce que quand tout ira mal vous ne pourrez plus le faire, et les fonds seront au mieux bloqués pour votre bien, bien évidemment, comme désormais le permet la législation.

La facilité c’est bien sûr de ne rien faire, ce que s’applique à faire consciencieusement l’immense majorité des gens, y compris de mes lecteurs si j’en crois les nombreux courriels inquiets que je reçois.

Tous me demandent la même chose. En substance « que dois-je faire »… Bon, d’abord, vous abonner à Stratégies (je l’ai casé hahaha) et plus sérieusement, ce que vous voulez !

Je ne suis pas là pour vous tenir la main, pour vous dire que vous devez clôturer ou pas votre contrat d’assurance vie. Je ne peux d’abord pas le faire juridiquement parlant, car je n’ai pas le droit de donner des conseils !

En revanche, je peux vous fournir des analyses économiques de fond. Et ces analyses conduisent à des constats, qui nous amènent à des conséquences et qui doivent vous conduire à prendre des décisions.

Ne soyez pas passif !

Allez à gauche, allez à droite mes amis, mais allez quelque part ! En un mot DÉ-CI-DEZ !

C’est votre argent, votre avenir, votre vie, alors décidez pour vous et pour votre famille mais ne restez pas là, les bras balants, devant votre épargne en ayant peur de la bouger ou d’en faire une autre allocation ! Toute épargne investie en dette est globalement déjà perdue. Payez-vous des belles vacances, au moins vous en aurez profité !!

À toutes celles et ceux qui me demandent que faire, je vous réponds toujours et inlassablement la même chose : payez vos crédits, achetez de l’or et de l’argent métal, stockez ce qui peut vous être utile, y compris les boîtes de conserve comme le demande le gouvernement allemand, achetez de l’immobilier rural, des terres ou des lopins de potagers ! Investissez en vous, dans vos compétences, dans votre santé. Entreprenez, créez votre propre revenu, votre propre métier, votre travail.

Soyez indépendant, écoutez les conseils, analysez, réfléchissez et sachez qu’au bout du compte, encore une fois, c’est votre argent, vos choix, votre responsabilité. Moi je sais quoi faire, et ce que je vous dis, je me l’applique consciencieusement. Mais c’est quand même à vous de prendre les décisions. De choisir.

Pour vous aider, je vous reproduis ici un courrier confidentiel envoyé par la Direction d’Allianz, un des plus gros assureurs à ses agents généraux. Tout le monde sait désormais. Tout le monde a compris.

Il n’y a rien de méchant, ni aucune escroquerie. Un simple constat néanmoins… et vous feriez mieux de relier les points tant que vous en avez encore la possibilité.

Voici les constats et instructions d’Allianz à ses agents généraux !

« Il est important de proposer des solutions alternatives au support fonds € car la rentabilité des fonds € est menacée :

– Les taux longs sont particulièrement bas, si bien que même si nous avons encore dans nos portefeuilles des obligations à taux élevés, celles-ci ne suffiront pas à délivrer une performance suffisante pour contenter vos clients. Actuellement, les obligations qu’Allianz doit acheter, principalement de la dette française et de la dette allemande, servent des taux à 10 ans respectivement de 0,29 % et 0,024 % ce qui contribue à éroder le rendement servi.

– En cas de remontée des taux, les obligations en portefeuille se déprécieraient. L’intérêt alors des épargnants se porterait sur des solutions plus rémunératrices mettant ainsi en danger vos encours.

Notre enjeu consiste donc à informer nos clients de la nécessité de diversifier leur épargne, à leur expliquer que les performances des fonds euros vont encore se déprécier et les amener à réfléchir aux solutions qu’ils sont prêts à accepter en terme de diversification, en fonction de leur âge, de leur horizon de placement, de leur appétence au risque et de la performance recherchée. »

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentaie

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Laisser un commentaire

* Champs requis