Assurances : un bilan établi pour les catastrophes climatiques en France de mai 2022

Par Paul Laurent Modifié le 10 juin 2022 à 7h59
Flashes 144601 1920
131 millions d'eurosLes coûts engrangés par les intempéries de mai 2022 sont de 131 millions d'euros pour les automobilistes.

Entre mi-mai et début juin 2022, de nombreux orages se sont déclarés en France, causant de nombreux sinistres.

Plus de 210.000 sinistres

Depuis mi-mai 2022, de nombreuses régions de France sont frappées par de violents orages. Ceux-ci ont été la cause de nombreux sinistres en France. Rien que pour l’épisode orageux du week-end de la Pentecôte, le 4 juin 2022, l’Argus de l’assurance rapporte que le cabinet d’expertise en prévention et gestion des risques, Saretec, estime le résultat à 210.000 sinistres causés. France Assureurs estime que les « intempéries du 20 au 23 mai ont occasionné 93.000 sinistres ».

Dans le sud des Landes et à Bergerac, la grêle est tombée. « La taille des grêlons semble nettement plus importante par rapport aux précédents épisodes. Les endroits touchés ont été lourdement impactés. Il y a eu des dégâts matériels sur les véhicules, les bâtiments, mais aussi sur les cultures », explique un agent Allianz en Nouvelle-Aquitaine. La grêle peut avoir plusieurs conséquences, entre autres des dommages aux véhicules et couvertures, des dommages électriques, d’inondations par ruissellement, etc..

Un coût de plus de 300 millions d’euros

La Fédération de l’assurance, France Assureurs, donne les premiers coûts liés aux catastrophes climatiques de mai 2022. Le coût estimé est de « 323 millions d’euros : 131 millions d’euros soit 41% pour les automobiles et 127 millions d’euros pour les habitations soit 39%. Elles ont également frappé les biens professionnels pour 54 millions d’euros (17%) et les biens agricoles et récoltes pour 11 millions d’euros (3%) ». France Assureurs explique qu’il est encore trop tôt pour donner des estimations pour le mois de juin 2022.

Plusieurs professionnels de l’assurance assurent néanmoins que les agriculteurs ne souscrivent pas suffisamment à des assurances agricoles qui leurs permettent de couvrir les coûts liés à des récoltes sinistrées. Le 3 mars 2022, un décret a été publié au Journal officiel pour créer, dès le 1er janvier 2023, un système permettant à tous les agriculteurs de pouvoir être assurés.